Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mars 2017 3 01 /03 /mars /2017 16:40

Les réactions politiques après l'annonce par Fillon du maintien de sa candidature

Les réactions politiques après l'annonce par Fillon du maintien de sa candidature

François Fillon donnant une conférence de presse le 1er mars 2017 dans son QC de campagne

 

"J'irai jusqu'au bout", a affirmé le candidat de la droite ce mercredi midi. Des propos d'"une incroyable violence", pour Benoît Hamon, ou une annonce qui fait "presque de la peine", pour Jean-Luc Mélenchon, les réactions au discours de François Fillon se multiplient.

"Je serai convoqué le 15 mars par les juges d'instruction afin d'être mis en examen." Mercredi midi, dans un point presse organisé à la dernière minute, François Fillon a assuré qu'il maintiendrait sa candidature malgré quoi qu'il arrive. Une annonce qui a suscité de nombreuses réactions de la part de personnalités politiques. Florilège.

"Le feuilleton des affaires"

Benoît Hamon a dénoncé "l'incroyable violence" des propos de François Fillon "à l'égard des magistrats et de la justice". "C'est le feuilleton des affaires qui concernent François Fillon qui rend aujourd'hui médiocre cette campagne présidentielle", a déclaré le candidat PS, en déplacement dans les Côtes-d'Armor pour une rencontre avec des bénévoles qui s'occupent de migrants. "J'observe qu'il emprunte au même registre que tous les politiques mis en examen qui expliquent qu'ils sont victimes d'un complot médiatique, politique, judiciaire. Tout ça n'est pas sérieux", a encore dit Benoît Hamon. "Il disait "imagine-t-on le Général De Gaulle mis en examen?", ben non mais on est sur le point d'imaginer très concrètement François Fillon mis en examen, c'est à lui d'en tirer les conséquences."

"Presque de la peine" pour la droite

Jean-Luc Mélenchon, pour sa part, a estimé que la droite mériterait "un candidat présentable". "Ça me fait presque de la peine pour mes compatriotes qui auraient le droit d'avoir un candidat qui puisse être présentable, si j'ose dire", a déclaré le candidat de la France insoumise. "C'est l'élection la plus importante de notre pays et nous voici tous suspendus au sort de quelqu'un qui sait d'avance qu'il va être mis en examen", a fustigé l'ex-socialiste, qui visitait un chantier de construction navale dans le Finistère.

Fillon perd "le sens des réalités"

En visite au Salon de l'agriculture dans la matinée, où François Fillon s'est rendu dans l'après-midi, Emmanuel Macron a estimé que son adversaire ne devait pas se servir des votes des citoyens pour justifier ses actions. "Je ne suis pas favorable à la trêve judiciaire, je suis favorable à ce que nos institutions fonctionnement normalement, à ce que la justice puisse faire son travail normalement", a déclaré le patron du mouvement En Marche ! au micro de BFMTV. "Ne donnons pas au vote démocratique le rôle de l'absolution, ce n'est pas le sien."

"La loi est la même pour tous"

Sur Twitter, l'ex-garde des Sceaux, Christiane Taubira, a dénoncé la position victimaire de François Fillon, qui dit ne pas avoir été traité comme n'importe quel justiciable. "La loi est la même pour tous, qu'elle punisse ou protège. Sous 2 principes : indépendance de la Justice et présomption d'innocence", a écrit l'ancienne ministre.

"Tout ça pour ça!"

Au FN, le vice-président Florian Philippot n'a pas manqué de railler l'annonce de François Fillon : "J'ai envie de dire "tout ça pour ça!"". "Je vois également un paradoxe, une incohérence dans les propos de M. Fillon quand il parle d'assassinat politique et qu'il participe de cet assassinat". "Il ne peut plus faire campagne sur le fond", a-t-il fustigé sur Europe 1.

"Il faut respecter son choix"

À droite, Nadine Morano a réaffirmé son soutien au candidat de sa famille politique. "Il faut respecter son choix de se battre aussi, il a le droit, non ? (...) Même si c'est pas facile", a-t-elle déclaré à BFMTV.

"On va rebondir"

Fidèle soutien de François Fillon, le député LR Bernard Debré a pour sa part estimé que la droite allait se redresser. "Bien sûr qu'il est fragilisé, on ne va pas dire le contraire, mais on va rebondir et les Français commencent à être choqués, je peux vous le dire", la démocratie est attaquée" (sur LCP)

Partager cet article

Repost 0
Published by Ricky
commenter cet article

commentaires

10défendrelajustice76 02/03/2017 03:27

Les violentes attaques verbales proférées par M.Fillon contre la justice (relevant de l’ « outrage à magistrat »)et les médias sont indignes d'un candidat à la présidence de la République.Ces attaques en disent long sur la « moralité »,l’« honorabilité » de cette figure incontournable de la sarkozie.Le président de la République,conformément à la constitution,se doit d'être le gardien des institutions.Les propos de M.Fillon (« coup d’Etat institutionnel », « assassinat politique », « guerre civile »…etc)témoignent d'une absence totale de maîtrise de lui-même comme d'un rapport perverti à la LOI (notamment constitutionnelle).La dangerosité du personnage pour la stabilité du pays ne peut plus être ignorée,niée.Notons enfin que M.Macron a fait preuve,en la circonstance,d'un réel sang-froid et d'une hauteur de vue qui l'honore:tolérance zéro pour les délinquants.M.Macron a marqué un point comme l'on dit dans une société politique qui est traversée par de fortes turbulences.

Présentation

  • : Le blog de Zuwala Richard
  • Le blog de Zuwala Richard
  • : Prévention et santé.Insertion de personnes en détresse sociale. Intervenant sur les problèmes d'addictologie.(alcool, drogue) Photographe amateur. Membre du bureau départemental et national fédération UDI de la Somme Vice Président de la Croix Rouge locale de Ham (80)
  • Contact

Recherche

Liens