Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 avril 2017 1 03 /04 /avril /2017 20:27

Et si on parlait de projet; la sécurité

Par Jean Dionis du Séjour sécrétaire général des Centristes

La campagne présidentielle entre dans sa dernière ligne droite. Dans trois semaines, nous aurons choisi les deux candidats sélectionnés pour le 2ème tour décisif. Or, nous le sentons tous et cela est confirmé par les instituts de sondages, jamais l’élection présidentielle, depuis qu’elle est assise sur le suffrage universel, n’a été aussi indécise. 41 % des électeurs seraient indécis quant à leur choix pour le premier tour de la Présidentielle.

Plus que jamais, nous devons donc ramener le choix de nos concitoyens sur l’essentiel à savoir le choix du chemin qu’ils souhaitent pour la France dans les 5 ans à venir. Pour cela, la seule méthode qui vaille est la comparaison des projets des principaux candidats. Nous nous y sommes astreints pour l’emploi et les retraites. Nous nous proposons de traiter aujourd’hui d’un autre sujet prioritaire pour nos concitoyens : la sécurité.

Faites comme nous le test des cinq programmes (Le Pen, Fillon, Macron, Hamon, Mélenchon) et vous verrez très vite que, s’il y a un sujet où le clivage droite gauche est vivace, c’est bien celui de la sécurité.

Pour François Fillon, pour la droite et le centre, "la première des libertés est le droit à la sécurité et à la tranquillité. Pourtant le terrorisme toujours menaçant, la délinquance qui continue d’empoisonner la vie des français, les casseurs, la fatigue et le ras le bol des forces de l’ordre et des magistrats, tous ces éléments démontrent que la sécurité des français est de moins en moins assurée.
Le constat est accablant : 600 000 crimes et délits chaque année dans les années 1960, autour de 3 millions aujourd’hui".
Ne plus oser même dire cette vérité, c’est être dans le déni de la réalité sur lequel on ne construit rien de bon.
Le régalien est devenu le parent pauvre de l’Etat. Il ne le restera pas. La France a plus que jamais besoin que militaires, policiers et gendarmes, administration pénitentiaire soient dotés de moyens d’action matériels et juridiques à la hauteur des défis et que leur coordination soit renforcée.
Ces objectifs, chez François Fillon, sont précis et chiffrés :

Armée : le budget de la défense augmentera progressivement lors du quinquennat avec pour objectif d’atteindre 2% du PIB (45 milliards par an) à la fin de la prochaine loi de programmation militaire.

Police et gendarmerie: 1 milliard supplémentaire sur la durée du quinquennat sera notamment fléché vers des investissements destinés à accroître l'efficacité des forces de l'ordre : moyens technologiques performants, outils informatiques, véhicules, rénovation de locaux vétustes et des casernements, constructions de nouveaux commissariats.
Il sera procédé au recrutement de 5 000 agents des forces de l'ordre et à la remise sur le terrain de 5 000 policiers ou gendarmes occupés à des tâches administratives, soit un total de 10 000 agents supplémentaires au service de notre sécurité.

Administration pénitentiaire : on procèdera à la construction de 16 000 places de prison en séparant les primo-délinquants, et notamment les mineurs, des autres détenus.


 

 

Justice : les moyens humains (300 postes) et le budget de fonctionnement de la Justice seront renforcés à raison d'une augmentation de 1,5 milliard d’ici la fin du quinquennat.
Cet effort sera accompagné par le développement d’une informatique alliant qualité et sécurité en matière de gestion et de communication avec les justiciables sur l'ensemble du territoire.

L’effort en vue d’un renforcement global et cohérent de la chaîne régalienne est sans précèdent.

Mais la lutte pour la sécurité n’est pas qu’une question de moyens.
"La délinquance est aussi la conséquence d’absence de sanction, de vision globale, d’intégration et de confiance dans les acteurs de terrain. La loi du 15 août 2014 de Christiane Taubira a officialisé la quasi impunité des délinquants.
Le laxisme érigé en politique pénale ça suffit!
Sait-on que beaucoup des infractions jugées les moins graves ne sont même pas poursuivies ? La seule stratégie possible est de redonner son efficacité à la chaîne de la sécurité en renforçant chacun de ses maillons, à tous les niveaux".

Là encore, le changement proposé est fort :
"Pour les délits du quotidien qui nous empoisonnent la vie, la tolérance zéro sera la règle:
- transformer les petits délits du quotidien en contraventions avec paiement immédiat ou retenue sur les prestations sociales
- appliquer la tolérance zéro pour la fraude dans les transports en commun
- punir systématiquement par ordonnance pénale (amende) l'usage de stupéfiants
- expulser les trafiquants de drogue de leurs logements sociaux.

Les peines planchers en cas de récidive seront rétablies et la loi fixera des peines minimales pour les crimes et délits les plus graves.
La libération conditionnelle ne pourra plus intervenir qu’aux trois quarts de l'exécution de la peine et l’automaticité de sa réduction sera supprimée".

Finalement, en ce qui concerne la sécurité, on retrouve la grille d’analyse constatée pour l’emploi et les retraites.

L’extrême droite est dans son obsession de recherche de boucs émissaires. Elle en a trouvé deux : l’Europe et l’étranger. Ses propositions sont dangereuses notamment pour la paix civile en France.

La gauche est dans le déni de l’ampleur de la souffrance au quotidien que fait subir la délinquance à nos concitoyens, notamment aux plus modestes d’entre eux.

Emmanuel Macron est dans les demi-mesures et dans la continuité de la politique actuelle de François Hollande.

Or, la situation de la France en matière de sécurité dans toutes ses dimensions (lutte contre le terrorisme, délinquance de la vie quotidienne,….) exige une alternance forte. Un seul candidat la propose, François Fillon.


 

 
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Ricky
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Zuwala Richard
  • Le blog de Zuwala Richard
  • : Prévention et santé.Insertion de personnes en détresse sociale. Intervenant sur les problèmes d'addictologie.(alcool, drogue) Photographe amateur. Membre du bureau départemental et national fédération UDI de la Somme Vice Président de la Croix Rouge locale de Ham (80)
  • Contact

Recherche

Liens