Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 avril 2017 3 26 /04 /avril /2017 08:17

Présidentielle: Macron est-il (forcément) assuré de gagner face au Front national?

ELECTION Le candidat d’En Marche! Emmanuel Macron semble en ballottage favorable face à la frontiste Marine Le Pen, avec relativement peu de risques de voir la victoire lui échapper…

Le candidat à la présidentielle Emmanuel Macron, le 24 avril 2017 à Paris
Le candidat à la présidentielle Emmanuel Macron, le 24 avril 2017 à Paris - Francois Mori/AP/SIPA

« Tant que le match n’est pas joué, il n’est pas gagné ». Eddy Fougier, chercheur associé à l’IRIS, métaphorise le second tour de la présidentielle qui voit Emmanuel Macron en ballottage favorable face à Marine Le Pen. Le candidat d’En Marche !, qui a viré en tête du premier tour, a reçu les soutiens de  François Fillon (Les Républicains) et Benoît Hamon (Parti socialiste) dimanche soir. Si Emmanuel Macron a eu une attitude triomphante dimanche soir, les estimations lui donnant alors 20 points d’écarts avec la candidate FN en vue du 7 mai, la prudence s’impose…

>> Revivre dans notre live la soirée électorale du premier tour de l’élection présidentielle

Au menu des faits qui font pencher la balance en faveur d’Emmanuel Macron figurent plusieurs éléments. Le premier concerne les reports de voix en vue du second tour. Selon plusieurs études publiées ce lundi, les électeurs de François Fillon, de Benoît Hamon mais aussi de Jean-Luc Mélenchon annoncent voter beaucoup plus pour Emmanuel Macron que pour Marine Le Pen. « Au vu de l’arithmétique et des reports de voix, une défaite d’Emmanuel Macron a l’air assez improbable », juge Thomas Vitiello, responsable de la boussole présidentielle à Sciences-Po Paris Cevipof. « Et quand bien même Jean-Luc Mélenchon n’a pas appelé à voter Emmanuel Macron dimanche soir, une enquête Ipsos [ce lundi] montre que 50 % de ses électeurs iraient voter Emmanuel Macron au second tour, quand seulement 10 à 15 % voterait Marine Le Pen », souligne-t-il.

Un autre élément en faveur du candidat d’En Marche ! est évoqué par le politologue Eddy Fougier : les derniers sondages français ont évalué tout à fait correctement les candidats… contrairement aux énormes surprises qu’ont été la victoire du Brexit au Royaume-Uni, ou la victoire de Donald Trump aux Etats-Unis qui n’avaient pas été « vues » par les enquêtes d’opinion anglo-saxonnes. « Très critiqués, les sondages n’ont finalement pas créé de bulle artificielle autour du candidat Macron. On peut donc penser qu’en l’état actuel, les sondages peuvent donner une image plutôt juste du rapport de force Macron-Le Pen dans la perspective du 7 mai ».

Bousculer le candidat lors du débat télé

Quels éléments pourraient jouer en faveur de Marine Le Pen ? Cyniquement, peut-on penser que des attentats pourraient motiver un vote FN ? Le chercheur Eddy Fougier balaie cette hypothèse. « L’attentat des Champs-Elysées, le dernier d’une longue liste, ne semble pas avoir pesé finalement dans le choix des électeurs, contrairement au fantasme qu’on en a fait. Donc je ne crois pas que si un nouveau drame survient, cela changerait l’issue du vote ».

Le chercheur estime cependant qu’Emmanuel Macron pourrait être « bousculé » par la candidate du Front national à l’occasion du prochain débat télé, le 3 mai. « Marine Le Pen va l’amener sur son terrain avec un débat sur les perdants et gagnants de la mondialisation. Elle va dénoncer les ressorts d’une gauche progressiste sociale libérale décomplexée. La candidate peut arriver à bousculer Emmanuel Macron car depuis le traité européen de 2005, une partie des Français estime avoir perdu dans la mondialisation », souligne le chercheur associé à l’IRIS. « Elle peut pendant ces débats grappiller des électeurs, mais je ne la vois pas renverser l’issue du scrutin », continue Eddy Fougier.

« Faisons attention car la campagne de ce second tour vient à peine de commencer, et c’est une nouvelle élection qui commence », nuance cependant Thomas Vitiello. « Cette campagne est assez folle avec beaucoup de surprises, donc restons sur nos gardes car une élection n’est pas jouée tant que les Français n’ont pas exprimé leur choix » ajoute-t-il. Un commentaire qui rappelle le proverbe : « Il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué. » CQFD

Partager cet article

Repost 0
Published by Ricky
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Zuwala Richard
  • Le blog de Zuwala Richard
  • : Prévention et santé.Insertion de personnes en détresse sociale. Intervenant sur les problèmes d'addictologie.(alcool, drogue) Photographe amateur. Membre du bureau départemental et national fédération UDI de la Somme Vice Président de la Croix Rouge locale de Ham (80)
  • Contact

Recherche

Liens