Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 mai 2017 5 12 /05 /mai /2017 05:38

Législatives: Parité, société civile... Macron a-t-il tenu ses promesses sur les candidats de La République en marche?

INVESTITURES Le mouvement d'Emmanuel Macron a publié ce jeudi la liste des candidats investis pour les élections législatives...

Emmanuel Macron en meeting à Albi jeudi 4 mai.
Emmanuel Macron en meeting à Albi jeudi 4 mai. - SIPA

 

  • La République en marche a dévoilé ce jeudi une liste de plus de 400 candidats investis pour les législatives.
  • Le mouvement d’Emmanuel Macron doit encore examiner les candidatures dans une centaine de circonscriptions.
  • Les critères de parité hommes-femmes et de renouvellement de la classe politique ont compliqué la tâche du mouvement.

La liste est finalement incomplète. Au lieu des 577 noms promis, un pour chaque circonscription française, La République en marche (LREM) a dévoilé ce jeudi une liste de 428 candidats investis pour les législatives, lors d’une conférence de presse à son QG parisien. Emmanuel Macron, qui a créé le mouvement En marche ! il y a un an, s’était engagé à investir autant de femmes que d’hommes et autant de personnes issues de la société civile que de personnalités ayant déjà un ou plusieurs mandats électifs à leur actif. 20 Minutes a passé au crible la liste des candidats investis par LREM pour voir si ces engagements sont tenus.

>> A lire aussi : Suivez les événements du jour avec notre live politique

 

  • Parité

« Sur les 428 candidats choisis, 214 sont des femmes et 214 sont des hommes », a annoncé Richard Ferrand, le secrétaire général du mouvement. Nous avons trouvé 213 noms féminins dans la liste transmise à notre rédaction, mais nos yeux ne sont pas à l’abri d’un prénom mixte qui nous aurait échappé.

>> A lire aussi : Valérie Oppelt, cheffe d'entreprise nantaise en marche vers les législatives

  • Renouvellement

Il y a légèrement plus de candidats issus de la société civile. « 52 % d’entre eux n’ont jamais exercé de mandat. Nous avons donc tenu notre promesse. » Parmi eux, le mathématicien Cédric Villani ou Valérie Petit, professeur à l’Edhec, une école de commerce.

Par «société civile», LREM entend «personne n'ayant jamais effectué de mandat politique», a précisé Richard Ferrand. Voilà pourquoi certaines personnes qui font carrière en politique sans avoir été élues, comme Marie Guévenoux, enagée auprès d'Alain Madelin dès 23 ans, membre de l'équipe de campagne d'Alain Juppé en 2016 puis de François Fillon, investie dans la 9e circonscription de l'Essonne, sont comptabilisées comme candidats de la «société civile». 

Pour ce qui est du profil des candidats, le plus jeune de tous les candidats a 24 ans, la plus âgée 72 ans. 4 % sont des personnes retraitées, 2 % recherchent un emploi et 1 % sont des étudiants.

>> A lire aussi : Qui est Jean-Paul Delevoye, chargé des investitures d’En marche?

  • La pluralité politique

Le secrétaire général de La République en marche l’assure, toutes les sensibilités politiques seront représentées. « Les candidats sont issus de l’ensemble du spectre républicain. Ils sont l’expression de la recomposition du paysage politique français. » Dans la liste figurent Sébastien Nadot, du Mouvement des progressistes créé par Robert Hue, les écologistes Barbara Pompili et François de Rugy, le socialiste député de la Manche Stéphane Travert, Arnaud Verspieren du MoDem ou encore la Républicaine Marie Guévenoux, qui avait fait partie de l’équipe d’Alain Juppé pour la primaire de la droite avant de rejoindre l’équipe de François Fillon.

  • La probité

Pour soumettre son profil au mouvement du futur président de la République, l’une des conditions sine qua non était de ne jamais avoir été condamné par la justice. « Tous les candidats se sont engagés à avoir un casier judiciaire vierge et à n’avoir jamais été déclaré inéligible », assure Richard Ferrand. Difficile, pour le moment, de faire plus de recherches de notre côté.

François Pelletant, maire de Linas (Essonne), briguait l’investiture. L’association Anticor avait alerté les médias sur ses antécédents judiciaires. Il n’a finalement pas été investi.

  • La cohérence

Là, 20 Minutes ne peut pas vérifier grand-chose. « Ils se sont engagés à soutenir et à mettre en œuvre notre contrat avec la nation », précise Richard Ferrand. On s’en tiendra à cette déclaration.

Les 428 candidats seront en séminaire ce samedi à Paris, au musée du Quai Branly. Les noms des candidats des circonscriptions manquantes seront dévoilés la semaine prochaine. In fine, environ 550 candidats devraient être investis par LREM, mais pas 577. Il s’agirait de ne pas présenter de candidats face à quelques députés sortants du PS ou LR, à l’instar de Manuel Valls dans l’Essonne (comme l’a confirmé Richard Ferrand), ou de Bruno Le Maire (1re circonscription de l’Eure) et Nathalie Kosciusko-Morizet (2e circonscription de Paris).

Partager cet article

Repost 0
Published by Ricky
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Zuwala Richard
  • Le blog de Zuwala Richard
  • : Prévention et santé.Insertion de personnes en détresse sociale. Intervenant sur les problèmes d'addictologie.(alcool, drogue) Photographe amateur. Membre du bureau départemental et national fédération UDI de la Somme Vice Président de la Croix Rouge locale de Ham (80)
  • Contact

Recherche

Liens