François Fillon après les résultats du premier tour de la présidentielle, le 23 avril 2017.
François Fillon après les résultats du premier tour de la présidentielle, le 23 avril 2017. - Jacques Witt/SIPA
 
  • Le mouvement conservateur Sens Commun est une émanation de la Manif pour Tous et soutien actif de Fillon pendant la campagne présidentielle
  • François Fillon avait laissé entendre, quelques jours avant le 1er tour, que des membres de Sens Commun auraient pu intégrer son gouvernement

« Par rapport à Sens Commun, j’ai sûrement fait une connerie ». Cette confidence de François Fillon à un ancien ministre est rapportée ce samedi par Le ParisienUn regret qui intervient près d’un mois après l’élimination de l’élu sarthois au premier tour de l’élection présidentielle.

>> A lire aussi : Au fait, c'est quoi Sens Commun, l'association qui soutient François Fillon?

Resté particulièrement discret depuis, l’ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy serait en train de préparer sa reconversion dans le « privé » a fait savoir son fidèle lieutenant Bruno Retailleau dans l’article du quotidien.

« Une connerie »

« Il a fait tout ce qu’il a pu. Mais il reconnaît quelques erreurs, notamment de ne pas avoir envoyé assez de signaux vis-à-vis des classes populaires dans son programme […] Par rapport à Sens Commun [NDLR :  l’émanation politique de la Manif pour tous opposée à la loi Taubira], j’ai sûrement fait une connerie. Je n’aurais pas dû leur donner autant de place dans ma campagne », peut-on lire dans le journal.

>> A lire aussi : Des ténors LR s'inquiètent de la place de Sens Commun dans la campagne de Fillon

Un repentir surprenant au regard du soutien constant et mutuel entre le mouvement Sens Commun et le candidat Les Républicains. Décembre 2016. François Fillon dévoile son équipe de campagne. Dans l’organigramme, deux noms peu connus : Christophe Billan au pôle « Animation/Mobilisation » et Madeleine de Jessey, au pôle « Société civile ». Ils sont tous les deux membres de l’association Sens Commun, l’un des nombreux mouvements créés en 2013 dans le sillage de la Manif pour tous.

Lorsque la campagne du candidat est déstabilisée par les révélations du Canard Enchaîné sur les soupçons d’emplois fictifs de sa femme et de ses enfants, le mouvement continue de l’épauler. Et quelques jours avant son élimination au premier tour, Fillon laissait entendre, malgré la désapprobation de certains ténors LR, que des membres de Sens Commun pourraient intégrer son gouvernement en cas de victoire. Mais ça, c’était avant.