Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 juin 2017 4 22 /06 /juin /2017 05:41

Remaniement: Un gouvernement avec plus de femmes, moins de MoDem, et surtout plus de macronistes

REMIX Le nouveau gouvernement a été dévoilé ce mercredi à l'Elysée...

 

Le Premier ministre Edouard Philippe et le président de la République Emmanuel Macron, le 23 mai 2017, à l'ambassade du Royaume-Uni à Paris.

Le Premier ministre Edouard Philippe et le président de la République Emmanuel Macron, le 23 mai 2017, à l'ambassade du Royaume-Uni à Paris. — Michel Euler/AP/SIPA

L’attente a été longue. Le nouveau gouvernement a été dévoilé ce mercredi à 19h15 sous un soleil de plomb à l’Elysée. Cette équipe étoffée (30 membres au lieu de 23) est paritaire. De fidèles macronistes font leur entrée dans l’équipe qui maintient de légères ouvertures vers le centre (2 MoDem), la droite, et même la gauche.

>> Suivez en direct les réactions à la composition du nouveau gouvernement

 

La parité est respectée

Macron candidat, promettait que son équipe gouvernementale serait composée « pour moitié de femmes, y compris à des ministères de premier plan ». Après un gouvernement Philippe 1 qui avait suscité quelques critiques, le président et le chef du gouvernement ont rectifié le tir. Le nouveau gouvernement est parfaitement paritaire, avec 15 femmes et 15 hommes (en incluant le Premier ministre Edouard Philippe).

De plus, sur les trois ministères d’Etat, la Justice est désormais confiée à une femme, Nicole Belloubet. Côté ministères régaliens, la Défense reste entre les mains d’une femme, Florence Parly. Enfin, Jacqueline Gourault est nommée ministre auprès du ministre de l’Intérieur.

>> A lire aussi : Florence Parly, nouvelle ministre des Armées, fait son retour en politique par la grande porte

Trois MoDem de perdus, deux de retrouvés

Trois ministères clés avaient été confiés à des membres du Mouvement démocrate (MoDem) dans le précédent gouvernement : la Justice, les Armées et les Affaires européennes. François Bayrou et Marielle de Sarnez, poids lourds centristes, assuraient la visibilité du mouvement. Dans ce gouvernement Philippe 2, le Modem n’est plus représenté que par deux membres : la sénatrice Jacqueline Gourault, fidèle de François Bayrou, et Geneviève Darrieussecq, maire de Mont-de-Marsan et députée des Landes, nommée secrétaire d’Etat auprès de la ministre des Armées.

>> A lire aussi : Jacqueline Gourault, une proche de François Bayrou nommée au ministère de l'Intérieur

« Le MoDem perd une représentation de premier plan au gouvernement », observe le politologue Olivier Rouquan. « Cela introduit un déséquilibre, mais certains estimeront peut-être que c’est proportionnel au poids du parti à l’Assemblée. Pour l’heure, le MoDem est en phase de réorganisation mais à terme cela peut poser problème », poursuit le chercheur. « Je trouve que le départ du MoDem s’est passé dans de bonnes conditions », estime pour sa part François Patriat, sénateur de la Côte d’Or et proche d’Emmanuel Macron.

De nouveaux LR (mais pas de prises de guerre)

Le Premier ministre Edouard Philippe avait annoncé de possibles membres des Républicains intégrés dans ce nouveau gouvernement. Finalement, Sébastien Lecornu et Jean-Baptiste Lemoyne, premier parlementaire LR à avoir rallié Emmanuel Macron, sont dans la liste dévoilée ce mercredi. Le premier, président du conseil départemental de l’Eure est un proche de Bruno Le Maire. Le second est sénateur de l’Yonne.

« On est en deçà des prises de guerre annoncées, peut-être en deçà de ce qu’Edouard Philippe espérait », estime Olivier Rouquan. « Les constructifs [le groupe parlementaire créé par des élus LR macron-compatibles] ne sont pas entrés au gouvernement », souligne-t-il.

Deux anciennes socialistes

Nicole Belloubet et Florence Parly sont toutes deux passées par le Parti socialiste. « Elle était plutôt jospinienne, très social-démocrate », nuance François Patriat. « Cela risque de laisser la gauche sur sa faim et de limiter l’assise de ce gouvernement sur la gauche », estime Olivier Rouquan.

Cet alliage politique (un peu de MoDem, un peu de LR et une once de PS) pourrait être un atout lors des débats parlementaires sur les prochaines réformes du gouvernement.

>> A lire aussi : Qui est la Toulousaine Nicole Belloubet, nouvelle ministre de la Justice?

Des « amis » de Macron parmi les entrants

Trois très proches du président font leur entrée et obtiennent des secrétariats d’Etat :  Julien Denormandie, son ex-directeur de cabinet adjoint à Bercy sera rattaché au ministère de la Cohésion des territoires, et Benjamin Griveaux, marcheur de la première heure devenu député de Paris et qui s’en va à Bercy. Tous deux jouent un rôle clé au sein de La République en marche (LREM), le premier comme secrétaire général adjoint et le second en tant que porte-parole. Quant à Stéphane Travert, nommé au ministère de l’Agriculture et de l’alimentation, il fait partie des premiers élus PS à avoir rallié Emmanuel Macron, avant le 6 avril 2016.

« Avec Stéphane, Julien et Benjamin, on était dans la toute première équipe autour d’Emmanuel, avant le 6 avril », se souvient François Patriat, « fier » pour « [ses] amis ». « C’est un gouvernement plus resserré autour d’Emmanuel Macron, avec de vrais fidèles », se réjouit-il.

« C’est une équipe resserrée sur En marche !, abonde Olivier Rouquan. Il y a des petites ouvertures, mais pas très larges, ni au MoDem, ni chez LR. L’entrée de Griveaux et Denormandie acte un cran de plus dans la présidentialisation de cet exécutif, qui est déjà une tendance forte sous la Vème République. Avec ce gouvernement, on voit que l’Elysée aura vraiment la main », juge le politologue.

>> A lire aussi : Le «Macron boy» Julien Denormandie nommé secrétaire d'Etat à la Cohésion des Territoires

Pas de poids lourds

Emmanuel Macron avait également promis le « renouveau des visages » au sein de sa future équipe fin mars, laissant entendre qu’il n’installerait pas d’anciens ministres. Jean-Yves Le Drian, Bruno Le Maire et Annick Girardin sont maintenus. Parmi les nouveaux entrants, quelques-uns sont issus de la société civile, comme Nathalie Loiseau, nouvelle ministre des Affaires européennes et jusqu’ici directrice de l’Ecole nationale d’administration (ENA), ou Brune Poirson, consultante en innovation récemment élue députée LREM dans le Var, désormais secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Transition écologique. D’autres sont plus expérimentés en politique, comme Benjamin Griveaux, Stéphane Travert ou Julien Denormandie.

Pour François Patriat, ce nouveau gouvernement a un bon équilibre entre « politiques et technocrates ». « Cette équipe peut apparaître comme sans relief ni ténors, mais c’est une équipe de bosseurs. L’entrée de poids lourds aurait déséquilibré le gouvernement ». Ce gouvernement sans « stars » de la politique ne devrait pas faire trop d’ombre au couple exécutif. La nouvelle équipe doit se réunir jeudi à 10 heures pour son premier Conseil des ministres.

Partager cet article

Repost 0
Published by Ricky
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Zuwala Richard
  • Le blog de Zuwala Richard
  • : Prévention et santé.Insertion de personnes en détresse sociale. Intervenant sur les problèmes d'addictologie.(alcool, drogue) Photographe amateur. Membre du bureau départemental et national fédération UDI de la Somme Vice Président de la Croix Rouge locale de Ham (80)
  • Contact

Recherche

Liens