Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 juin 2017 1 12 /06 /juin /2017 18:31

Les #5 infos des législatives aujourd'hui

 
La vague LREM, le renouvellement à venir de l'Assemblée, la bérézina du PS

Grands discours, petites phrases, propositions-chocs ou anecdotes… Chaque jour, franceinfo vous résume ce qu'il ne faut pas rater des élections législatives des 11 et 18 juin, après la victoire d'Emmanuel Macron à l'élection présidentielle. Voici l'essentiel à retenir ce lundi 12 juin.

#1 La vague de La République en marche

Emmanuel Macron aura les mains libres pour gouverner. Selon notre estimation Ipsos/Sopra Steria, son mouvement, La République en marche, devrait envoyer dimanche prochain entre 415 et 455 députés à l'Assemblée nationale. Un chiffre bien au-dessus des 289 députés nécessaires pour avoir la majorité absolue. Le parti du président ne devrait cependant pas effacer le record établi par l'alliance UDF-RPR en 1993, avec 484 sièges. Voici la carte des résultats, circonscription par circonscription.

#2 Le renouvellement à venir de l'Assemblée

C'est une image qui résume à elle seule le bouleversement en cours. Sur les 577 députés élus il y a cinq ans, 212 ne se sont pas représentés, poussés vers la sortie par la loi sur le non-cumul des mandats, et 122 ont été éliminés dès le premier tour dimanche soir. Nous vous proposons de visualiser cette hécatombe en gif animé.

#3 La nouvelle Assemblée si elle était désignée à la proportionnelle

Avec "seulement" 32% des voix au premier tour, La République en marche peut espérer remporter 75% des sièges à l'Assemblée nationale dimanche prochain. Une performance favorisée par le scrutin uninominal à deux tours et son effet amplificateur. Mais à quoi aurait ressemblé l'hémicycle avec un autre mode de scrutin ? Si la proportionnelle intégrale était appliquée, LREM n'aurait que 197 députés, contre 132 pour l'alliance LR-UDI et 84 pour le PS et ses alliés.

#4 La bérézina du Parti socialiste

La déroute annoncée a bien eu lieu. Le Parti socialiste a réalisé dimanche le pire score de son histoire sous la Ve République, avec 10% des voix. La semaine prochaine, il ne devrait obtenir que 20 à 30 sièges dans la nouvelle Assemblée. Symbole de cette débâcle, l'élimination au premier tour de nombreux ténors, comme le premier secrétaire Jean-Christophe Cambadélis, et d'anciens ministres de François Hollande, comme Benoît Hamon ou Aurélie Filippetti. Mais qui a tué le PS ? Eléments de réponse dans cet article.

#5 Les déconvenues des Républicains, du FN et de La France insoumise

La situation n'est guère plus brillante chez les adversaires politiques du PS. Les Républicains, qui voulaient imposer une cohabitation à Emmanuel Macron, pourraient voir leur nombre de députés divisés par deux (de 85 à 125 sièges, selon notre projection). Le Front national ne devrait pas parvenir à constituer un groupe parlementaire, avec un nombre de députés estimés entre 1 et 5. Un objectif encore à portée de main pour La France insoumise de Jean-Luc Mélenchon (de 8 à 18 sièges estimés), qui recule cependant nettement par rapport à la présidentielle (11,02% contre 19,58%).

Partager cet article

Repost 0
Published by Ricky
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Zuwala Richard
  • Le blog de Zuwala Richard
  • : Prévention et santé.Insertion de personnes en détresse sociale. Intervenant sur les problèmes d'addictologie.(alcool, drogue) Photographe amateur. Membre du bureau départemental et national fédération UDI de la Somme Vice Président de la Croix Rouge locale de Ham (80)
  • Contact

Recherche

Liens