Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 juin 2017 1 26 /06 /juin /2017 06:38

Toutes les news Politique

Bertrand lance un pavé dans la mare LR, Wauquiez réplique

Bertrand lance un pavé dans la mare LR, Wauquiez réplique

Xavier Bertrand le 16 mai 2017 à Paris

 

Xavier Bertrand a lancé dimanche un pavé dans la mare des Républicains en annonçant qu'il ne briguerait pas la présidence du parti et en attaquant la ligne de Laurent Wauquiez: accusé de courir "après l'extrême droite", ce dernier a qualifié ces propos de "médiocres aigreurs".

Le président de la région des Hauts-de-France, que certains voyaient partant, a annoncé dans un entretien au Journal du dimanche qu'il ne briguerait pas la présidence du parti à l'automne, privilégiant son "engagement" régional.

Disant ne pas vouloir déclencher "une nouvelle guerre des chefs" mais attaquant M. Wauquiez, à la ligne jugée davantage conservatrice et qui "court après l'extrême droite", M. Bertrand a jugé que la présidente de la région Ile-de-France "Valérie Pécresse serait une très bonne candidate". 

Au sein du parti LR, fracturé, "nous continuons à vivre ensemble, mais ça fait bien longtemps qu'on ne s'aime plus. Et on a peut-être plus grand-chose à faire ensemble", a encore lancé l'ex-ministre.

Va-t-il créer son parti? "La question ne se pose pas aujourd'hui", a-t-il répondu, épinglant aussi le président Emmanuel Macron, notamment pour sa tactique de "diviser pour régner" en attirant des personnalités de droite.

A ces déclarations au vitriol, M. Wauquiez, président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, a répondu dimanche après-midi dans un tweet. "Amis: ne répondez pas aux invectives et caricatures", a-t-il écrit. "Ne laissons pas les médiocres aigreurs nous détourner du seul objectif qui compte: la reconstruction d'une droite fière de ses valeurs", a-t-il ajouté.

- 'Ne pas flinguer les talents' -

Certains autres élus ont semblé vouloir calmer le jeu.

Le député LR et ancien ministre Eric Woerth a trouvé sur Europe1/CNews/Les Echos "encore" possible pour les membres de son parti de "vivre et travailler ensemble", alertant néanmoins sur le "risque de s'isoler en autant de chapelles que de lignes politiques".

"Avant de s'occuper des hommes ou des femmes qui incarnent la droite républicaine, il faut d'abord s'occuper d'éclaircir ce que nous sommes", a-t-il jugé, observant que sa famille avait "toujours été divisé(e)".

Glissant qu'"on a plein de talents et on ne va pas commencer à les flinguer", M. Woerth a assuré que "personne n'a envie de courir derrière le FN".

"Quand vous prenez une claque, il y a ce type de remise en question des leaders et une crise de leadership", a tempéré la vice-présidente LR de la région Ile-de-France, Florence Portelli, sur Rmc.fr. "Si on part sur une querelle de coqs" entre "des gens qui seraient plus ou moins à droite", cela "ne résoudra pas le travail de fond que nous devons mener et qui prendra du temps", a-t-elle noté, tout en qualifiant Mme Pécresse de "personne de très grande qualité" représentant "une droite qu'(elle) aime bien".

Franck Riester, un des députés du groupe LR-UDI "constructif" vis-à-vis de la majorité macroniste, a, lui, estimé nécessaire de "refonder en profondeur" la droite, "avec des gens différents", sous peine de se retrouver "en 2022 pas plus nombreux que le PS" à l'Assemblée.

Prié de dire s'il se sentait toujours de la même famille politique que M. Wauquiez, M. Riester a considéré que "le coin est de plus en plus fort entre les deux droites, mais il y a des points de convergence", comme la volo

Repost 0
Published by Ricky
commenter cet article
26 juin 2017 1 26 /06 /juin /2017 06:34

Vers l'élection d'une femme à la présidence de l’Assemblée nationale?

PERCHOIR Les députés LREM François de Rugy, Sophie Errante et Brigitte Bourguignon se sont déclarés candidats au poste de président de l'Assemblée nationale, qui sera désigné mardi...

 

Collage SIPA avec les députés LREM François de Rugy, Brigitte Bourguignon et Sophie Errante, candidats à la présidence de l'Assemblée nationale en juin 2017

Collage SIPA avec les députés LREM François de Rugy, Brigitte Bourguignon et Sophie Errante, candidats à la présidence de l'Assemblée nationale en juin 2017 — SIPA/20 Minutes

Après leur entrée à l’Assemblée nationale mardi, les députés de La République en marche (LREM) se sont réunis ce week-end pour un séminaire de rentrée. Après avoir élu samedi Richard Ferrand comme chef de leur groupe parlementaire, ils se sont penchés sur les candidats « au perchoir », c'est-à-dire le siège du président de l’Assemblée nationale dans l'hémicycle. Quatrième personnage dans l’ordre protocolaire français derrière le président de la République, le Premier ministre et le président du Sénat,  le président de l’Assemblée nationale joue un rôle primordial en matière d’organisation du travail parlementaire et de direction des débats en séance publique… Un poste loin d’être de tout repos quand on connaît la propension des députés à s’égosiller et être turbulents.

>> Reportage: VIDEO. On a suivi un jeune député pour ses premiers pas à l'Assemblée

Trois députés prétendent à la succession du socialiste Claude Bartolone : l’ex-écologiste EELV François de Rugy et les ex-socialistes Brigitte Bourguignon et Sophie Errante. Le groupe majoritaire devrait désigner son candidat lors de la réunion de groupe mardi matin. Le vainqueur devrait ensuite être élu dans l’après-midi président de l’Assemblée, lors de la séance inaugurale de la nouvelle législature. 20 Minutes revient sur le profil des prétendants, leurs forces et leurs faiblesses…

François de Rugy, l’ancien écolo d’EELV

Le premier à s’être déclaré est François de Rugy, 43 ans, député la 1re circonscription de Loire-Atlantique. Ancien membre d’Europe-Ecologie-Les Verts, il claque la porte du parti écologiste en août 2015 et se rapproche du PS. Candidat à la primaire du PS et de ses alliés, il n’a pas soutenu le socialiste Benoît Hamon à la présidentielle et s’est rapproché d’Emmanuel Macron. Il préside le Parti écologiste depuis septembre 2015.

>> A lire aussi: Questions au gouvernement: «Dans la fosse aux lions, seul devant les députés, on se sent parfois tout petit», raconte une ancienne ministre

Point fort : L’expérience. François de Rugy a été élu député en 2007, puis réélu en 2012 et 2017. Il a co-présidé avec Barbara Pompili le groupe écologiste (2007-2012) avant d’être nommé, en 2016, vice-président de l’Assemblée.

Point faible : Lundi, le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner a jugé que le choix d’une femme pour le perchoir serait « un symbole fort ». Un commentaire auquel a répondu François de Rugy jeudi : il a souligné qu’il renoncerait à sa candidature pour la présidence de l’Assemblée nationale si l’exécutif souhaitait l’élection d’une femme… Un signe pour abandonner la course?

L'ex-PS Brigitte Bourguignon

Moins connue que son collègue masculin, Brigitte Bourguignon, 58 ans, a été élue députée en 2012 sous l’étiquette PS dans la 6ème circonscription du Pas-de-Calais. L’ancienne adjointe au maire de Boulogne-sur-Mer Frédéric Cuvillier a rallié Emmanuel Macron durant l’entre-deux-tours, avant d’être investie par LREM pour les législatives. Comme Sophie Errante, l’élue propose de réformer l’organisation de l’Assemblée, et rendre le travail parlementaire plus compréhensible pour les citoyens. Elle souhaite aussi faire évoluer la séance des « Questions au gouvernement » qui vire à la foire d’empoigne chaque semaine.

Point fort : Le terrain et l’engagement social, avec vingt ans d’expérience au centre d’action sociale de Boulogne-sur-Mer avant de rejoindre le conseil général du Pas-de-Calais. Brigitte Bourguignon possède aussi une expérience parlementaire dans une majorité qui compte de nombreux débutants.

Point faible : Sa faible notoriété, et son manque d’expérience par rapport à son concurrent François de Rugy.

L'ex-PS Sophie Errante, 45 ans

Maire de La Chapelle-Heulin (Loire-Atlantique) entre 2008 et 2014, Sophie Errante a été élue députée PS dans la 10e circonscription de Loire-Atlantique en 2012, avant de rejoindre LREM en 2017. Cette cheffe d’entreprise a notamment travaillé à l’Assemblée sur les questions de simplification de la vie des entreprises. A 20 Minutes, la députée a expliqué ce qu’elle pensait du renouvellement et de la féminisation de l’Assemblée nationale. « Sans généraliser, j’observe que mes collègues femmes n’aiment pas laisser pourrir les situations. On est davantage dans la prévention que dans la gestion de crise », a estimé l’élue.

Point fort : L'élue dispose d'une première expérience parlementaire et connaît le secteur privé. Elle refuse qu’une femme soit nommée présidente de l’Assemblée du seul fait de son sexe. « Je veux des gens aux bons endroits en fonction de leurs compétences. Bien sûr que je serais favorable à ce qu’une femme devienne présidente de l’Assemblée nationale. Mais seulement si ce n’est pas uniquement pour cette raison », a-t-elle souligné.

Point faible : La députée est, comme Brigitte Bourguignon, quasi-inconnue dans le paysage politique national. 

Après l’élection du président de l’Assemblée nationale mardi, les autres postes clefs de l’institution - vice-présidents, questeurs, présidents de commission - seront élus mercredi.

Repost 0
Published by Ricky
commenter cet article
26 juin 2017 1 26 /06 /juin /2017 06:29

François Bayrou? Un «macho» «dans les vieux codes», balance Ségolène Royal

POLITIQUE L’ex-candidate socialiste à la présidentielle de 2007 évoque la « grosse faute politique » du président du MoDem, qui avait refusé de conclure un accord après le premier tour…

 

Ségolène Royal et François Bayrou lors des funérailles d'Aimé Césaire, à Fort-de-France le 20 avril 2008.

Ségolène Royal et François Bayrou lors des funérailles d'Aimé Césaire, à Fort-de-France le 20 avril 2008. — PATRICK HERTZOG / POOL / AFP

François Bayrou n'est pas épargné après sa démission. Revenu au gouvernement après une longue traversée du désert, le président du MoDem a finalement quitté l’exécutif mercredi dernier après l’ouverture d’une enquête préliminaire visant son parti, pour ne pas « exposer » le chef de l’Etat et le gouvernement à « une campagne mensongère », a-t-il expliqué. Le départ de l’éphémère garde des Sceaux, dont le dernier passage dans un ministère (l’Education) remontait à 25 ans, a été abondamment commenté. Y compris par Ségolène Royal, qui en profite pour lui glisser un petit tacle au niveau de la carotide.

>> A lire aussi : Ségolène Royal, bientôt animatrice sur LCI?

Citée dimanche dans un portrait du maire de Pau sur Franceinfo, la candidate socialiste de la présidentielle de 2007 ne mâche pas ses mots au sujet de celui à qui elle avait proposé une alliance pendant l’entre-deux tours, et le poste de Premier ministre si elle était élue. Le centriste avait refusé tout accord.

>> A lire aussi : Trois questions pour comprendre les nouvelles révélations sur le MoDem

« Sa grosse faute politique, c’est 2007, estime rétrospectivement Ségolène Royal. Il est passé à côté, c’était sans doute trop innovant pour lui, il était dans les vieux codes. » Avant d’accuser son ancien adversaire de sexisme : « Comme tous ces machos, balance-t-elle, ça devait le perturber d’être le numéro deux d’une femme. »

Repost 0
Published by Ricky
commenter cet article
25 juin 2017 7 25 /06 /juin /2017 09:04

Xavier Bertrand : Macron, le même phénomène que "Sarkozy il y a dix ans"

Xavier Bertrand : Macron, le même phénomène que

Xavier Bertrand avait été contacté pour entrer dans le gouvernement d'Emmanuel Macron (photo d'illustration).

 

L'ancien ministre du Travail de Nicolas Sarkozy estime que le président "divise pour mieux régner".


Dans une interview au Journal du Dimanche (JDD), le président dans la région Hauts-de-France, Xavier Bertrand n'épargne pas Emmanuel Macron. Il compare l'arrivée à la présidence du candidat d'En Marche ! à Nicolas Sarkozy "il y a dix ans". "Lui aussi bluffait tout le monde, lui aussi allait renouveler complètement la vie politique", se souvient celui qui fut d'ailleurs le ministre du travail de Nicolas Sarkozy.
 



"En politique, le problème n'est pas de briller mais de durer", souligne encore le présidents des Hauts-de-France. Il estime d'ailleurs que "la magie" d'En Marche ! a déjà disparu, citant l'exemple de l'abstention record aux législatives.

"DIVISER POUR RÉGNER"

Xavier Bertrand explique encore n'aurait pas pu entrer au gouvernement car il n'était pas "prêt à renier es idées". "Macron n'a jamais été dans une logique d'union à l'allemande" déplore ainsi l'ancien ministre du travail, pourtant contacté par Alexis Kohler dans l'entre-deux tours.

Selon lui, en faisant entrer des personnalités de droite dans le gouvernement, Emmanuel Macron "applique un adage connu : diviser pour régner", critique encore le président des Hauts-de-France. Mitterrand et Sarkozy "n'ont rien fait d'autre" souligne Xavier Bertrand, qui annonce d'ailleurs qu'il renonce à briguer la présidence des Républicains, dont l'élection aura lieu en novembre, apportant son soutien à Valérie Pécresse.
Repost 0
Published by Ricky
commenter cet article
25 juin 2017 7 25 /06 /juin /2017 08:59

Bertrand renonce à briguer la présidence LR et soutient Pécresse

Bertrand renonce à briguer la présidence LR et soutient Pécresse

Xavier Bertrand le 16 mai 2017 à Paris

 

Le président de la région des Hauts-de-France Xavier Bertrand ne briguera pas la tête du parti Les Républicains en novembre et se dit prêt à soutenir Valerie Pécresse qui "serait une très bonne candidate", dans une interview au Journal du Dimanche (JDD).

Invoquant sa volonté de faire de sa région sa "priorité", M. Bertrand a annoncé qu'il "ne serai(t) pas candidat à l'élection de novembre", dans un long entretien à l'hebdomadaire dominical.

"J'ai pris un engagement vis-à-vis des habitants des Hauts-de-France et j'ai l'intention de le tenir", a insisté l'ancien ministre du Travail de Nicolas Sarkozy.

"Et je ne crois plus aux partis politiques à l'ancienne", a-t-il poursuivi en déplorant un fonctionnement "parisien, centralisé alors qu'il faudrait donner le pouvoir au terrain". "Les idées ne sont jamais débattues", a-t-il encore grincé en évoquant une "hémorragie de militants" aux Républicains.

"Même si j'ai conscience que je peux l'emporter, je ne serai pas le responsable d'une nouvelle guerre des chefs", a encore relevé celui qui incarne une ligne centrale dans son parti, notamment face à celle de Laurent Wauquiez, davantage conservatrice, identitaire et qui "court après l'extrême droite", selon M. Bertrand.

Face au président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, "Valérie Pécresse serait une très bonne candidate", a souligné M. Bertrand qui se dit "prêt à lui apporter (m)on soutien". 

"Pour gagner, la droite et le centre doivent rassembler, et pas cliver, se réinventer, renouer avec la France populaire, parler à la fois à l'ouvrier et au chef d'entreprise, à l'infirmière et au chirurgien, à l'agriculteur et au fonctionnaire, au rural et à l'urbain", a-t-il égrené, en guise de feuille de route pour l'actuelle présidente de la région Ile-de-France.

Interrogé sur sa volonté de créer son propre parti, M. Bertrand a estimé que "la question ne se pose pas aujourd'hui". 

"J'ai déjà un think tank, qui s'appelle la Manufacture", a-t-il relevé. "Et je vais réunir nombre de mes amis parlementaires début juillet pour leur expliquer ma position", a-t-il glissé, tout en dressant un sombre tableau de son parti actuel, traversé par d'importantes lignes de fractures idéologiques.

"En réalité, il n'y a plus grand-chose en commun entre nous. Nous continuons à vivre ensemble, mais ça fait bien longtemps qu'on ne s'aime plus. Et on a peut-être plus grand-chose à faire ensemble", a lancé M. Bertrand.

Par ailleurs, tout en rappelant avoir été en contact avec l'entourage d'Emmanuel Macron à la fin de la campagne présidentielle, M. Bertrand a marqué sa différence avec le chef de l'Etat dont il n'est "pas sûr qu'il ait envie de s'ouvrir aux idées des autres".

"Il a fait venir des gens de droite parce qu'il applique un adage connu: diviser pour régner", a cinglé M. Bertrand, tout aussi acide au sujet des premiers pas du nouveau locataire de l'Elysée. "En politique, le problème n'est pas de briller, mais de durer", a-t-il ainsi rappelé.

Repost 0
Published by Ricky
commenter cet article
25 juin 2017 7 25 /06 /juin /2017 08:52

Les Républicains: Xavier Bertrand ne sera pas candidat à la présidence du parti et soutiendra Valérie Pécresse

RENONCIATION Il a décidé de donner la priorité à sa région des Hauts-de-France...

 

Xavier Bertrand et Valérie Pécresse en 2011

Xavier Bertrand et Valérie Pécresse en 2011 — PATRICK KOVARIK / AFP

Un brin désabusé sur l’état actuel de son parti, il refuse d’en prendre les rênes. Xavier Bertrand, président Les Républicains (LR) de la région Hauts-de-France, confie dans un entretien exclusif au Journal du Dimanche, à paraître demain, qu’il ne briguera pas la tête de son parti en novembre. Il se dit prêt à soutenir Valérie Pécresse qui « serait une très bonne candidate ».

« J’ai pris un engagement vis-à-vis des habitants des Hauts-de-France et j’ai l’intention de le tenir ». Xavier Bertrand met en avant son engagement régional, invoquant sa volonté de faire de sa région sa « priorité » pour expliquer qu’il « ne serai (t) pas candidat à l’élection de novembre ».

>> A lire aussi : Législatives: Xavier Bertrand a dit «non» à Emmanuel Macron

« J'ai conscience que je peux l'emporter »

Il admet également que les dissensions actuelles au sein de son parti ne sont pas étrangères à ce non-engagement : « Même si j’ai conscience que je peux l’emporter, je ne serai pas le responsable d’une nouvelle guerre des chefs. Je ne crois plus aux partis politiques à l’ancienne », a-t-il poursuivi en déplorant un fonctionnement « parisien, centralisé alors qu’il faudrait donner le pouvoir au terrain ». « Les idées ne sont jamais débattues », a-t-il encore grincé en évoquant une « hémorragie de militants » aux Républicains.

Face au président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, « Valérie Pécresse serait une très bonne candidate », a souligné M. Bertrand qui se dit « prêt à lui apporter (m) on soutien ».

>> A lire aussi : VIDEO. Hauts-de-France: Xavier Bertrand, hausse le ton contre le FN au conseil régional

« Pour gagner, la droite et le centre doivent rassembler, et pas cliver, se réinventer, renouer avec la France populaire, parler à la fois à l’ouvrier et au chef d’entreprise, à l’infirmière et au chirurgien, à l’agriculteur et au fonctionnaire, au rural et à l’urbain », a-t-il égrené, en guise de feuille de route pour l’actuelle présidente de la région Ile-de-France.

"J’ai déjà un think tank, qui s’appelle la Manufacture", a-t-il relevé. "Et je vais réunir nombre de mes amis parlementaires début juillet pour leur expliquer ma position", a-t-il glissé, tout en dressant un sombre tableau de son parti actuel, traversé par d’importantes lignes de fractures idéologiques. "En réalité, il n’y a plus grand-chose en commun entre nous. Nous continuons à vivre ensemble, mais ça fait bien longtemps qu’on ne s’aime plus. Et on a peut-être plus grand-chose à faire ensemble", a encore livré l’ancien ministre du Travail de Nicolas Sarkozy.

Repost 0
Published by Ricky
commenter cet article
25 juin 2017 7 25 /06 /juin /2017 08:46

64% des Français satisfaits d'Emmanuel Macron et d'Edouard Philippe

SONDAGE Les scores du président et de son Premier ministre sont identiques...

 

Edouard Philippe et Emmanuel macron, le 1er février 2016, à Saint-Nazaire.

Edouard Philippe et Emmanuel macron, le 1er février 2016, à Saint-Nazaire. — LOIC VENANCE / AFP

Sept semaines après la présidentielle, Emmanuel Macron surfe sur l’état de grâce. Soixante-quatre pour cent des Français sont satisfaits du nouveau chef de l’Etat (+2 % par rapport à mai 2017) et d’Edouard Philippe (+9 %), selon un sondage Ifop pour le Journal du Dimanche.

Pour le président Macron, 54 % des sondés se disent « Plutôt satisfaits (50 % en mai) et 10 % sont « très satisfaits » (12 % en mai). Chez les 35 % de mécontents, 23 % se disent « plutôt mécontents » (+3 %) et 12 % sont « très mécontents » (+1 %). Un pour cent des sondés ne se prononcent pas contre 7 % le mois dernier.

Pour le chef du gouvernement Edouard Philippe, 59 % des sondés se montrent « plutôt satisfaits » (50 % un mois plus tôt) et 5 % se disent « très satisfaits » (=). Chez les mécontents, 24 % se disent « plutôt mécontents (+6 %) et 8 % « très mécontents » (+2 %). 4 % des personnes interrogées ne se prononcent pas alors qu’ils étaient 21 % en mai.

Cette enquête a été réalisée par l'Ifop auprès d'un échantillon de 1.883 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas du 14 au 24 juin 2017 par questionnaire auto-administré en ligne et par téléphone.

Repost 0
Published by Ricky
commenter cet article
25 juin 2017 7 25 /06 /juin /2017 08:41

PS

Débandade au PS: Benoît Hamon à la «Gay Pride» en plein conseil national

PREFERENCE Benoît Hamon se concentre sur la création de son nouveau mouvement, qu'il revendique transpartisan...

 

Benoît Hamon, le 23 avril 2017, jour de son élimination à la présidentielle 2017.

Benoît Hamon, le 23 avril 2017, jour de son élimination à la présidentielle 2017. — MARTIN BUREAU / AFP

Visiblement, pour lui, le PS c’est de l’histoire ancienne. Benoît Hamon, candidat du Parti socialiste, désigné à la primaire de gauche, pour la présidentielle, et défait dès le 1er tour, n’a cure de l’avenir de son parti. En effet, ce samedi, alors que les pontes de Solférino sont réunis pour voter a priori leur appartenance à l’opposition à la majorité présidentielle, l’ex-candidat préfère défiler à la marche des fiertés.

Dans un tweet, il rappelle ainsi l’un de ses thèmes de campagne : l’accès à la PMA pour toutes les femmes, et pas seulement celles mariées à des hommes. En effet, l’une des revendications du cortège, à l’occasion de la quarantième édition de la Gay Pride à Paris, est d’accorder aussi l' accès à la PMA pour les homosexuelles et les femmes célibataires.

>> A lire aussi : Présidentielle: PMA, GPA, mariage pour tous... Que veulent Macron et Le Pen pour les familles?

Lancement de son mouvement imminent

Pour Benoît Hamon donc, il est temps de s’affirmer loin du carcan du PS. Il doit d’ailleurs lancer son mouvement transpartisan « pour reconstruire une gauche inventive, qui dépassera les étiquettes politiques », le 1er juillet sur la pelouse de Reuilly à Paris.

Malgré les appels du pied de Jean-Christophe Cambadélis, et notamment ce samedi matin dans Libération, où il exhorte l’ex-candidat socialiste à participer à la refondation du parti historique : « Hamon peut apporter sa pierre (…) Mais exclure d’emblée le PS serait une erreur ».

 

Repost 0
Published by Ricky
commenter cet article
25 juin 2017 7 25 /06 /juin /2017 08:34

Impôt sur les sociétés, CSG, déficit… Bruno Le Maire détaille sa feuille de route à Bercy

ECONOMIE Le ministre de l’Economie Bruno Le Maire a évoqué ses priorités à Bercy dans un entretien publié ce samedi par «Le Figaro»…

 

Bruno Le Maire, le 31 mai 2017 à l'Elysée.

Bruno Le Maire, le 31 mai 2017 à l'Elysée. — CHAMUSSY/SIPA

Après le feuilleton des législatives et du remaniement, place à l’action ? Ce samedi, dans un entretien au Figaro, le ministre de l’Economie Bruno Le Maire a détaillé ses chantiers prioritaires en matière de fiscalité et d’économies budgétaires. Au menu : des « décisions difficiles » à prendre « immédiatement » pour respecter les 3 % de déficit public et la mise en œuvre de plusieurs promesses fiscales.

Déficit public

« Les comptes publics sont dégradés. Le précédent gouvernement n’a pas budgété des dépenses quasi certaines, comme la recapitalisation d’Areva [géant du nucléaire en difficulté], et laissé filer la dépense depuis le début de l’année », a affirmé Bruno Le Maire au quotidien. « Baissons-nous les bras ? Ou prenons-nous immédiatement des décisions nécessaires pour tenir les engagements du chef de l’État ? L’intérêt national impose de prendre ces décisions difficiles pour repasser sous la barre des 3 % de déficit public », dit le ministre, cinq semaines après sa prise de fonction.

Le Premier ministre Edouard Philippe avait évoqué mardi le « risque » de voir le déficit budgétaire dépasser les critères européens de 3 % du PIB cette année. Il s’était dit « dubitatif » que le déficit puisse atteindre les 2,8 % budgétés par l’exécutif de l’ancien président François Hollande.

Bruno Le Maire a déclaré que les mesures envisagées ne reviendraient pas uniquement à « colmater des brèches : nous prendrons des décisions très concrètes d’économies », qu’il n’a pas détaillées. Il a souligné que la maîtrise des déficits, « condition de notre souveraineté », était « impérative ».

Hausse de la CSG et baisse de la taxe d’habitation

Au-delà de ces mesures, le ministre de l’Economie a réitéré la volonté de réformes fiscales du gouvernement, dont la hausse de la CSG de 1,7 point. Cette réforme, qui devrait entrer en vigueur le 1er janvier 2018, prévoit d’augmenter le taux de la CSG (contribution sociale généralisée), utilisée pour financer la protection sociale (sécurité sociale, prestations familiales…) afin de compenser une baisse des cotisations chômage et maladie des salariés du secteur privé.

>> A lire aussi : Hausse de la CSG: Qui seront les gagnants…et les perdants?

Le ministre admet que « cette mesure demandera un effort à une partie des retraités. Mais la plupart d’entre eux verront le total de leurs impôts diminuer avec la baisse de la taxe d’habitation, qui concernera 80 % des ménages français. » En outre, la hausse de la CSG ne s’appliquera qu’à une partie des retraités, à savoir les 60 % d’entre eux soumis au taux plein de CSG (6,6 %). Par ailleurs, le ministre a confirmé le projet de remplacer l’ISF par un impôt immobilier pour favoriser « l’investissement productif et la prise de risque. »

Cession de participations de l’Etat

Le ministre a aussi confirmé que le gouvernement lancerait « un plan de cession de certaines participations de l’État ». « Pourquoi rester actionnaire d’entreprises qui ne sont pas stratégiques ? », a-t-il demandé. « La puissance publique garde sa pertinence dans des activités dont dépend notre souveraineté nationale : électricité, nucléaire, défense en particulier », a dit le ministre.

Baisse de l’impôt sur les sociétés

Le ministre a confirmé la volonté du gouvernement de réduire l’impôt sur les sociétés à 25 % « sur la durée du quinquennat ». Il a fait aussi de la convergence avec l’Allemagne une priorité. « Nous voulons avancer très vite sur la convergence fiscale de l’Allemagne et de la France. Notre objectif est de parvenir à une convergence rapide de l’impôt sur les sociétés. », a expliqué le ministre au Figaro. Des propositions concrètes dans ce sens devraient être présentées par Emmanuel Macron et Angela Merkel, lors du conseil des ministres franco-allemand du 13 juillet,

Transformation du CICE

Autre chantier ; transformer lecrédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE) en baisse des cotisations pour les entreprises. « Cette transformation se fera. Elle est indispensable pour gagner en simplicité pour les entreprises, en particulier les PME. Mais je veux d’abord ouvrir des discussions avec les entrepreneurs pour étudier les meilleurs moyens de la réaliser », a toutefois précisé le ministre.

Repost 0
Published by Ricky
commenter cet article
24 juin 2017 6 24 /06 /juin /2017 16:25

Législatives : ces nouveaux députés En marche ! qui ont (déjà) des casseroles

Plusieurs élus de La République en marche ou du MoDem pourraient bientôt se retrouver devant la justice.

Le président de la République, Emmanuel Macron, le 31 janvier 2017 à la Défense (Hauts-de-Seine).
Le président de la République, Emmanuel Macron, le 31 janvier 2017 à la Défense (Hauts-de-Seine). (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)

Travail dissimulé, prise illégale d'intérêts... Malgré les promesses de probité du président de la République et l'exigence d'un casier judiciaire vierge pour se présenter aux législatives sous son étiquette, plusieurs députés de La République en marche, élus dimanche 18 juin, sont sous la menace d'une procédure judiciaire ou ont été condamnés par le passé. Franceinfo dresse la liste des députés qui ont (déjà) des casseroles.

>> Suivez les réactions au second tour des législatives dans notre direct

Richard Ferrand, dans le Finistère

Le ministre de la Cohésion des territoires, Richard Ferrand, le 9 juin 2017 à Carhaix (Finistère).
Le ministre de la Cohésion des territoires, Richard Ferrand, le 9 juin 2017 à Carhaix (Finistère). (MARTIN BERTRAND / HANS LUCAS / AFP)

Son résultat. 6e circonscription du Finistère

Ce qu'on lui reproche. C'est le cas le plus connu. Depuis le 1er juin, le ministre de la Cohésion des territoires est sous la menace d'une enquête préliminaire ouverte par le parquet de Brest. Les enquêteurs cherchent à savoir si les bonnes affaires immobilières de l'ancien directeur général des Mutuelles de Bretagne "sont susceptibles ou non de constituer une infraction pénale en matière d'atteintes aux biens, de manquements au devoir de probité et aux règles spécifiques du Code de la mutualité". Le Canard enchaîné a révélé que les Mutuelles de Bretagne ont, sous sa présidence, loué un local à sa compagne, permettant à cette dernière de réaliser une belle opération immobilière.

Marielle de Sarnez, à Paris

 

La ministre des Affaires européennes, Marielle de Sarnez, le 11 juin 2017 à Paris.
La ministre des Affaires européennes, Marielle de Sarnez, le 11 juin 2017 à Paris. (PATRICK KOVARIK / AFP)

Son résultat. 11e circonscription de Paris

Ce qu'on lui reproche. La ministre des Affaires européennes fait partie des élus du Modem concernés par l'enquête sur les assistants parlementaires du parti au Parlement européen. Après un signalement du Front national, la justice cherche à savoir si les assistants des députés centristes, rémunérés par Bruxelles, ont bien travaillé pour l'Europe et pas pour le parti. La vice-présidente du MoDem a porté plainte pour "dénonciation calomnieuse".

Depuis cette annonce, les révélations s'accumulent sur les pratiques du parti centriste. L'un des anciens collaborateurs de Jean-Luc Bennahmias, député européen, a dénoncé un emploi fictif à la justice. Franceinfo a révélé le 8 juin qu'une dizaine d'employés du parti avaient été rémunérés comme assistants parlementaires, bulletins de salaires "pour le moins troublants" à l'appui. Le Canard enchaîné s'est penché sur le cas de la secrétaire particulière du président du MoDem, François Bayrou, elle aussi rémunérée par l'Europe. Une enquête préliminaire pour "abus de confiance et recel de ce délit" a été ouverte le 9 juin par le parquet de Paris.

Bruno Bonnell, dans le Rhône

Le député Bruno Bonnell, le 8 juin 2017 à Villeurbanne (Rhône).
Le député Bruno Bonnell, le 8 juin 2017 à Villeurbanne (Rhône). (PHILIPPE DESMAZES / AFP)

Son résultat. 6e circonscription du Rhône.

Ce qu'on lui reproche. Pendant la campagne, l'ancien patron d'Infogrames a vu remonter à la surface ses pratiques pas toujours reluisantes de chef d'entreprise. En 2008, la société de jeux vidéo avait été condamnée à verser 40 000 euros à l'Autorité des marchés financiers. En cause : la gestion de Bruno Bonnell, qui l'aurait amené à faire varier "artificiellement" le cours de son titre en achetant et revendant des actions en 2002 et 2003. Il lui est également reproché par ses adversaires d'avoir "restructuré" son patrimoine après son divorce pour échapper à l'impôt sur la fortune et d'avoir domicilié deux de ses sociétés dans un paradis fiscal.

Corinne Vignon, en Haute-Garonne

 

La députée de La République en marche Corinne Vignon.
La députée de La République en marche Corinne Vignon. (FRANCE 3 OCCITANIE)

Son résultat. 3e circonscription de Haute-Garonne

Ce qu'on lui reproche. C'est France 3 Occitanie qui a révélé cette information. Le parquet de Toulouse a ouvert une enquête préliminaire contre Corinne Vignon après un signalement de l'administration fiscale. Cette dernière a relevé une possible dissimulation de revenus liée à son activité... de voyance astrologique. Selon France 3, chaque prestation était facturée 90 euros.

Romain Grau, dans les Pyrénées-Orientales

Le député Romain Grau (à gauche), le 7 avril 2012 à Perpignan (Pyrénées-Orientales).
Le député Romain Grau (à gauche), le 7 avril 2012 à Perpignan (Pyrénées-Orientales). (MAXPPP)

Son résultat. 1ère circonscription des Pyrénées-Orientales

Ce qu'on lui reproche. Le député est visé par une enquête pour "harcèlement moral" après une dénonciation anonyme, selon France Bleu Roussillon. Ce camarade de promotion d'Emmanuel Macron à l'ENA est directeur général d'EAS Industries, entreprise spécialisée dans la maintenance aéronautique à l'aéroport de Perpignan. Sur plus de 250 employés, au moins 10% sont en arrêt maladie, notamment pour surmenage. Le candidat s'est dit étonné. "Je n'ai été ni informé, ni convoqué par la justice. Je me tiens bien sûr à la disposition de tous si c'est nécessaire", a-t-il confié à France Bleu.

Emilie Guerel, dans le Var

 

La députée Emilie Guerel, le 13 mai 2017 à Paris.
La députée Emilie Guerel, le 13 mai 2017 à Paris. (CHARLY TRIBALLEAU / AFP)

Son résultat. 7e circonscription du Var

Ce qu'on lui reproche. La députée est visée par une plainte contre X pour "escroquerie à l'assurance maladie", une plainte déposée par l'un de ses adversaires,Jean-Pierre Colin (UDI). Comme l'explique Var Matin, ce dernier la soupçonne de s'être mise en arrêt maladie à plusieurs reprises, entre janvier et mai 2017, pour participer à la campagne d'Emmanuel Macron. La candidate assure n'avoir "rien fait d'illégal".

Didier Martin, en Côte-d'Or

Le député Didier Martin, le 11 juin 2017 à Dijon (Côte d\'Or).
Le député Didier Martin, le 11 juin 2017 à Dijon (Côte d'Or). (MAXPPP)

Son résultat. 1re circonscription de Côte-d'Or

Ce qu'on lui reproche. Le parquet de Dijon a ouvert une enquête préliminaire contre l'élu de Côte-d'Or. Comme le raconte France 3 Bourgogne-Franche-Comté, cet ancien président de l'office du tourisme de Dijon est soupçonné de "faux témoignages" dans une histoire de licenciement révélée par le mensuel L'Accent bourguignon. L'ex-directrice de la structure, licenciée en 2015, lui reproche "d’avoir influencé des salariés" de l’office "à rédiger des attestations en vue de consolider son dossier" de licenciement devant le conseil des prud’hommes. Didier Martin évoque de fausses accusations.

Repost 0
Published by Ricky
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Zuwala Richard
  • Le blog de Zuwala Richard
  • : Prévention et santé.Insertion de personnes en détresse sociale. Intervenant sur les problèmes d'addictologie.(alcool, drogue) Photographe amateur. Membre du bureau départemental et national fédération UDI de la Somme Vice Président de la Croix Rouge locale de Ham (80)
  • Contact

Recherche

Liens