Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 mars 2015 2 24 /03 /mars /2015 08:10
Départementales 2015 Les quatre leçons du 1er tour.pdf Page 1 sur 1 Départementales 2015 : les quatre leçons du 1er tour Les résultats du premier tour des départementales 2015 sont maintenant connus. Ils permettent de dégager trois leçons principales qui vont nous aider à préparer le 2ième tour et à en faire, pour nos familles politiques de la droite et du Centre, une victoire durable. La première leçon est inattendue. Les français se sont mobilisés pour ces élections départementales avec un taux de participation à 50% environ qui marque une nette inflexion par rapport à l’abstention record de 2011 (55,63%). La deuxième leçon est la poursuite de la progression du vote « Front National ». Avec plus de 26% le Front National poursuit sa progression que nous devons inscrire dans la durée et mettre en perspective. Depuis 31 ans, c'est-à-dire depuis les élections européennes de 1984, le Front National est passé de 10,9% à 26%, ce soir. Pour la première fois, depuis 30 ans, le Front National est assuré d’être qualifié pour le second tour de l’élection présidentielle en 2017 et a des chances de l’emporter dans certains cas de figure politique, notamment contre l’actuel Président de la République. Pour les Centristes qui font de l’amélioration et de la poursuite de la construction Européenne le grand projet politique de notre génération, il est temps de jeter toutes nos forces pour faire reculer ceux qui veulent déconstruire l’Europe et donc mettre en danger la France. Troisième leçon : le rejet de François Hollande, de son gouvernement et du Parti Socialiste s’amplifie. Les listes du Parti socialiste et de ses alliés directs ne recueillent qu’environ 21%, troisième échec électoral catastrophique après les Municipales et les Européennes de 2014. Ni l’arrivée au pouvoir de Manuel Valls et la clarification de la ligne politique opérée, ni le climat d’union nationale qui a suivi les attentats terroristes de Janvier 2015, n’ont significativement changé la donne. Les Français jugent ce gouvernement sur ses résultats socio-économiques. Or ceux-ci sont mauvais, avec une croissance quasi-nulle et un chômage qui a augmenté de plus de 500 000 nouveaux demandeurs d’emploi depuis l’arrivée au pouvoir de François Hollande. Enfin, payant son ambiguïté fondatrice de 2012, la fracture de la gauche s’amplifie entre la ligne sociale-libérale du gouvernement et celle de ses adversaires. Elle s’enracine au plus profond du pays. Quatrième leçon : c’est vers les équipes UMP/UDI/Modem que se tournent les Français pour leur confier la gestion de nos territoires de 2015-2020. Les Français ont placé en tête ces équipes avec plus de 29 % des suffrages. Malgré toutes les lacunes de leadership, de programme qu’ont actuellement nos familles politiques - elles sont nombreuses, nous avons à peine 2 ans pour les combler - nos concitoyens sentent bien que la vraie alternative aux socialistes, solide, durable raisonnable est à chercher de ce côté-là. L’urgence est de confirmer ce bon premier tour Dimanche prochain, 29 Mars, date du deuxième tour de ces élections. Pour cela, il faut entendre les leçons du premier tour : - D’abord voter le 29 Mars ! C’est ce jour-là que se jouera l’avenir de nos départements pour longtemps, jusqu’en 2021. - Ensuite voter UMP /UDI/MODEM si vous avez cette option ouverte pour vous dans votre canton. C’est la seule véritable alternative aux équipes socialistes. - Enfin, en cas de duel FN/PS, ne vous laissez embarquer ni par les uns, ni par les autres : carton rouge pour la démagogie FN, carton rouge pour l’échec PS. La ligne du Front républicain, pertinente pour l’élection présidentielle compte-tenu des enjeux et de la gravité de la situation, est contre-productive à la base de notre démocratie car elle renforce le discours sur l’ « UMPS » du Front national. De notre côté, nous prenons l’engagement formel de ne passer aucune alliance électorale avec le FN, de ne pas les faire participer à l’exécutif et de les tenir à l’écart de la gestion départementale. Je crois que le peuple Français a compris en profondeur ces leçons du premier tour et qu’il va les amplifier dimanche prochain. Un bon vent se lève ! Vivement dimanche prochain ! Jean DIONIS DU SEJOUR Page 1 sur 1 1 sur 1 Affichage de Départementales 2015 Les quatre leçons du 1er tour.pdf
Repost 0
Published by Ricky
commenter cet article
19 mars 2015 4 19 /03 /mars /2015 14:11

Unissons nos forces et nos idées!

Une équipe de territoire engagée, disponible et à l'écoute.Vpilà les atouts indispensables pour vos futurs conseillers départementaux. Engagée auprès des acteurs de notre nouveau canton.

Disponibles pour les élus et habitants afin de répondre au mieux à leurs attentes.A l'écoute de tous et notammentnde nos ainés et des personnes qui sont dans le besoin, sans repère; a qui on demande beacoup,sans pour autant les orienter correctement. Nous seront vos porte-paroles ainsi que le prolongement de vos idées, pour que chacun vive dans de meilleurs conditions et avec une meilleure justice sociale.

Meeting 18 mars 2015 avec Antoine Bruchet et Carole Dumont- Jean-Louis Ramecki et Lucie Aresta.
Meeting 18 mars 2015 avec Antoine Bruchet et Carole Dumont- Jean-Louis Ramecki et Lucie Aresta.
Meeting 18 mars 2015 avec Antoine Bruchet et Carole Dumont- Jean-Louis Ramecki et Lucie Aresta.
Meeting 18 mars 2015 avec Antoine Bruchet et Carole Dumont- Jean-Louis Ramecki et Lucie Aresta.
Meeting 18 mars 2015 avec Antoine Bruchet et Carole Dumont- Jean-Louis Ramecki et Lucie Aresta.
Meeting 18 mars 2015 avec Antoine Bruchet et Carole Dumont- Jean-Louis Ramecki et Lucie Aresta.
Meeting 18 mars 2015 avec Antoine Bruchet et Carole Dumont- Jean-Louis Ramecki et Lucie Aresta.
Meeting 18 mars 2015 avec Antoine Bruchet et Carole Dumont- Jean-Louis Ramecki et Lucie Aresta.
Meeting 18 mars 2015 avec Antoine Bruchet et Carole Dumont- Jean-Louis Ramecki et Lucie Aresta.
Meeting 18 mars 2015 avec Antoine Bruchet et Carole Dumont- Jean-Louis Ramecki et Lucie Aresta.
Meeting 18 mars 2015 avec Antoine Bruchet et Carole Dumont- Jean-Louis Ramecki et Lucie Aresta.
Meeting 18 mars 2015 avec Antoine Bruchet et Carole Dumont- Jean-Louis Ramecki et Lucie Aresta.

Meeting 18 mars 2015 avec Antoine Bruchet et Carole Dumont- Jean-Louis Ramecki et Lucie Aresta.

En présence de Stéphane Demilly- Député de la Somme Jérôme Bignon- Sénateur de laSomme Grégory labille - Conseiller général et Maire de Ham.
Repost 0
Published by Ricky
commenter cet article
18 mars 2015 3 18 /03 /mars /2015 08:25

ARGU FLASH ANTI-FN

Marine Le Pen tente d'installer l'idée que le FN serait plus «moderne», plus «branché» et «dans l’air du temps », et que c'est un «nouveau FN» qu'elle a mis en place depuis sa prise du parti, en janvier 2011. Pourtant, à la lecture du programme de 2015, on voit le FN conserver l’essentiel de ses propositions archaïques et xénophobes.

Le meilleur argumentaire pour répondre aux Front National est de revenir à son programme et d’y répondre point par point notamment sur les sujets de société. Le programme du FN version 2015 porte en lui les ingrédients de ce que l’on pourrait appeler «la violence civile» : division des citoyens français en fonction de leurs origines ethniques, stigmatisation des communautés et obsession de l’immigration, entretien d’une ambiance d’insécurité, repli sur soi…

Le FN menace notre vivre-ensemble (xénophobie, immigration,...)

Le FN utilise la terminologie «préférence nationale» rebaptisée récemment «priorité nationale» que l’on retrouve sur toutes les thématiques de son programme

Il entretien le mythe de «l’immigration zéro» et l’idée que les immigrés ne sont considérés que comme des charges, alors que comme n’importe quel citoyen, ils consomment des produits taxés, paient des impôts et contribuent à la solidarité nationale via les charges sociales.

Il ignore la réalité de la société française avec nos 5 millions de compatriotes travaillant à l’étranger et le rang de 4ème puissance exportatrice dans le monde qu’est la France. Toute politique agressive vis-à-vis de l’étranger aurait des conséquences négatives sur nos compatriotes et notre économie.

Sans oublier les mesures phares du programme FN comme le rétablissement de la peine de mort via un référendum, le déremboursement de l’ «IVG de confort», le salaire parental qui aboutit à réduire la femme à son rôle de femme au foyer. Chacun de ses sujets diviserait violemment la société française.

Le FN est un parti anti-européen

Abandonner l’euro, sortir de l’espace de Schengen et revenir aux frontières nationales, augmenter les droits de douane et mise en place de barrières tarifaires aux frontières, remise en cause du Traité Transatlantique, abandon de la PAC…. la dernière campagne aux élections européennes nous a démontré que le FN souhaitait simplement sortir de l’Union européenne.

Qui peut penser que l’avenir de le France est dans le repli sur soi ?

Le programme socio-économique du FN est un copié collé des programmes «d’extrême gauche »

Le programme du FN est un vaste catalogue d’idées que l’on retrouve dans les programmes des mouvements de l’extrême gauche européenne : hausse du smic, retour à la retraite à 60 ans, suppression des niches fiscales et de l’ISF, hausse des impôts pour les sociétés du Cac 40, hausse de TVA de 3% sur les biens importés, TVA majorée sur les produits de luxe, taxation des délocalisations des services….

Le chiffrage de toutes ces mesures aboutit à 20 milliards d’euros de dépenses supplémentaires par an. Qui va payer ? C’est nous, c’est vous et notamment les classes moyennes.

Le programme du FN 2015 est totalement inapplicable économiquement et socialement. Et les tentatives de son application au niveau local (Toulon, Vitrolles…) ont démontré que le FN ne pouvait pas passer l’obstacle de la gouvernance.

Repost 0
Published by Ricky
commenter cet article
29 janvier 2015 4 29 /01 /janvier /2015 08:02
Stéphane Demilly député de la somme et président de la fédération de l'UDI la Somme a présenté ses voeux pour 2015
Stéphane Demilly député de la somme et président de la fédération de l'UDI la Somme a présenté ses voeux pour 2015
Stéphane Demilly député de la somme et président de la fédération de l'UDI la Somme a présenté ses voeux pour 2015
Stéphane Demilly député de la somme et président de la fédération de l'UDI la Somme a présenté ses voeux pour 2015
Stéphane Demilly député de la somme et président de la fédération de l'UDI la Somme a présenté ses voeux pour 2015
Stéphane Demilly député de la somme et président de la fédération de l'UDI la Somme a présenté ses voeux pour 2015
Stéphane Demilly député de la somme et président de la fédération de l'UDI la Somme a présenté ses voeux pour 2015
Repost 0
Published by Ricky
commenter cet article
26 janvier 2015 1 26 /01 /janvier /2015 07:57

Environ six Français sur dix voteraient la loi Macron s'ils étaient députés, et ce, qu'ils soient sympathisants de gauche ou de droite, selon un sondage Odoxa-FTI Consulting-Les Echos-Radio Classique divulgué dimanche soir.

>>> A lire aussi: Comment la loi Macron a été modifiée

Au total, 61% des Français voteraient le texte qui sera débattu à partir de lundi à l'Assemblée, 38% voteraient contre et 1% se ne prononcent pas, indique ce sondage. «Chose rare, un véritable consensus apparaît» entre sympathisants de gauche, qui seraient 58% à voter la loi, et sympathisants de droite, qui seraient 60% à le faire, relève l'institut Odoxa. Les «apolitiques» seraient eux encore plus nombreux à la voter (62%).

Parmi les personnes interrogées, 64% estiment que la loi Macron est «importante pour l'économie française», 66% qu'elle n'est «pas vraiment une loi de gauche» et 75% que «les députés de droite devraient logiquement (la) voter».

Loi «fourre-tout»

Mais le sentiment domine d'un manque d'explication de texte de la part du gouvernement: seuls 27% des Français estiment que le gouvernement a bien expliqué la loi Macron. Tout comme l'idée qu'il s'agit d'une loi «fourre-tout» (60%).

Le sondage indique qu'une nette majorité de Français approuve l'ouverture des magasins le dimanche (69%), l'ouverture à la concurrence des professions réglementées (66%) et l'extension de l'épargne salariale (77%), trois des principales dispositions de la loi.

Quant à la perception de la politique économique du gouvernement, elle s'est améliorée de 12 points en un mois mais reste majoritairement négative: 73% de Français la jugent «mauvaise» contre 26% qui la jugent bonne.

Sondage réalisé les 22 et 23 janvier auprès d'un échantillon de 1.015 personnes représentatif de la population française adulte interrogé par internet.

Repost 0
Published by Ricky
commenter cet article
26 janvier 2015 1 26 /01 /janvier /2015 07:05

20 Minutes avec AFP

Manuel Valls serait plutôt un meilleur président de la République que François Hollande pour 72% des Français, mais il serait plutôt un moins bon chef de l'Etat que Nicolas Sarkozy, selon un sondage Odoxa publié dimanche par Le Parisien/Aujourd'hui en France.

A la question «pensez-vous que s'il était président de la République, Manuel Valls serait plutôt meilleur ou plutôt moins bon que ne l'est François Hollande?», 72% répondent «plutôt meilleur», 27% «plutôt moins bon» et 1% ne se prononce pas.

Deux Français sur trois pas choqués par l'emploi du terme «apartheid»

Parmi les sympathisants de gauche, 58% affirment leur préférence pour l'actuel Premier ministre, contre 41% pour François Hollande (1% ne se prononce pas). Parmi les sympathisant de droite, 85% pensent que Manuel Valls serait plutôt un meilleur président que François Hollande, alors que 15% sont de l'avis contraire. En revanche, 52% des Français pensent que Manuel Valls serait un moins bon président que Nicolas Sarkozy, 47% pensent le contraire et 1% ne se prononce pas.

Cette question provoque un fort clivage gauche-droite. Parmi les sympathisants de la gauche, 80% donnent la préférence à Manuel Valls face à Nicolas Sarkozy. Parmi les sympathisants de la droite, ils sont 83% à préférer l'ancien président de la République à l'actuel Premier ministre.

Par ailleurs, deux Français sur trois disent ne pas être choqués par l'emploi du terme «apartheid» par le Premier ministre. A la question «Manuel Valls a récemment dénoncé le fait qu'il existe en France selon lui "un apartheid territorial, social, et ethnique". Vous, personnellement êtes-vous choqué par ses propos?», 67% répondent non, 32% oui, 1% ne se prononce pas.

Sondage réalisé les 22 et 23 janvier par internet auprès d'un échantillon de 1.015 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus (méthode des quotas).

Repost 0
Published by Ricky
commenter cet article
22 janvier 2015 4 22 /01 /janvier /2015 09:07

Nicolas Sarkozy veut reprendre du poil de la bête. Le président de l'UMP, invité de David Pujadas, ce mercredi soir, au JT de France 2, a d'abord dressé son «diagnostic» des attaques terroristes. «Un certain nombre de terroristes djihadistes ont décidé de mener une guerre contre notre civilisation, notre mode de vie, notre façon de nous habiller, de penser. Il nous faut calibrer les réponses sur le diagnostic que nous faisons».

>> Revivez son intervention en live

Travailler plus, pour protéger plus

Face à cette «menace permanente», l'ancien chef de l'Etat estime que le gouvernement de Manuel Valls ne va pas assez vite. Les solutions de l'UMP: travailler plus, pour protéger plus. Nicolas Sarkozy a ainsi proposé «de décider immédiatement de rétablir les heures supplémentaires dans la police et les services de renseignement» pour faire face à la menace terroriste. «Nous n'avons pas de temps à perdre», a-t-il lancé. Ce rétablissement des heures supplémentaires représente «4.000 équivalents temps plein de plus tout de suite» selon lui alors que les mesures budgétaires annoncées par le gouvernement vont faire que «les renforts en personnel arriveront pour les premiers dans deux ans et pour les derniers dans cinq ans». Nicolas Sarkozy a plaidé pour un «islam de France», s'interrogeant pour savoir ce que la religion était «prête à faire pour s'intégrer dans la République».

«Consterné» par les propos de Valls

Pour lutter contre les terrorismes, il a aussi évoqué la déchéance de nationalité pour les binationaux, et l'application du crime d'indignité nationale. Des propositions déjà avancées par l'UMP la semaine dernière. «L'unité nationale, ça ne veut pas dire qu'on ne doit pas faire de propositions», s'est-il défendu. En bon chef de l'opposition, Nicolas Sarkozy n'a d'ailleurs pas manqué d'égratigner le Premier ministre sur l'utilisation du mot «apartheid» pour évoquer les banlieues. «Comparer la République à l'Apartheid est une faute [...] Je suis consterné par cette expression». Nicolas Sarkozy a précisé que «le climat d'union nationale était incontournable et indispensable». Une phrase au passé, qui pourrait nous laisser penser que cette union a vécu.

Repost 0
Published by Ricky
commenter cet article
21 janvier 2015 3 21 /01 /janvier /2015 08:14

20 Minutes avec AFP

Plusieurs cadres de l'UMP ont vivement réagi aux critiques du Premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, de la gestion par le président de l'UMP Nicolas Sarkozy de la récente crise terroriste.

Lundi, Jean-Christophe Cambadélis avait considéré sur LCI que Nicolas Sarkozy «est à la fois chef de parti et il veut être au niveau du président de la République», ce qui explique «qu'il a paru flotter dès que moi j'ai lancé l'appel à manifester». Le député de Paris a rappelé que «l'UMP pendant une journée entière n'a pas su si (Nicolas Sarkozy) participerait à la manifestation» du 11 janvier.

Nicolas Sarkozy «veut être devant avec les "grands" mais en même temps il n'est pas avec l'ensemble des formations politiques», avait-il raillé.

«M. Cambadélis révèle aujourd'hui sa vraie nature»

Mardi, le maire UMP de Tourcoing Gérald Darmanin a condamné sur France Inter les «propos consternants» de Cambadélis qui «montre qu'il préfère son parti à son pays», car «on ne peut pas comparer des drames humains (...) et des chefs d'État». «Le Premier ministre devrait condamner avec la plus grande fermeté (...) les "politicailleries"» de Jean-Christophe Cambadélis, a considéré le député. «Sinon, cela veut dire qu'une partie du Parti socialiste trouve que ces attentats tombent à point nommé pour les élections départementales et cantonales qui arrivent».

La veille, le secrétaire général de l'UMP Laurent Wauquiez avait condamné dans un communiqué les «déclarations affligeantes» et la «basse bataille politicienne» à laquelle s'était adonné Jean-Christophe Cambadélis, qu'il a jugé «indigne des enjeux auxquels fait face notre pays».

Sébastien Huyghe, porte-parole de l'UMP, avait lui aussi estimé lundi que Jean-Christophe Cambadélis avait «rompu (...) un moment de rassemblement et de retenue qu'avaient observé la plupart des responsables politiques» après les attentats. «M. Cambadélis révèle aujourd'hui sa vraie nature, celle du petit calculateur sans scrupule», avait-il asséné. Lui aussi souhaitait que Manuel Valls «se (démarque) sans ambiguïté» de ses propos.

Repost 0
Published by Ricky
commenter cet article
20 janvier 2015 2 20 /01 /janvier /2015 18:14

Le président de la République a commis un couac lundi. Lors de la présentation de ses vœux aux entreprises, François Hollande s’est en effet laissé aller à divulguer une information qui devait normalement rester secrète jusqu’à jeudi.

Il en a trop dit et a créé un véritable couac. Lundi, alors qu’il présentait ses vœux aux entreprises, François Hollande a divulgué des informations confidentielles relatives à la Banque centrale européenne. En d’autres termes, et selon le jargon propre à l’univers de la Bourse, le président de la République a commis un délit d’initié, ainsi que le rapporte le Huffington Post.

Devant un parterre de chefs d’entreprise et de journalistes réunis pour l’occasion, François Hollande a en effet lâché : « La Banque centrale européenne va prendre jeudi la décision de racheter des dettes souveraines, ce qui va donner des liquidités importantes à l’économie européenne et (…) peut créer un mouvement favorable à la croissance». Une information qui avait certes de quoi donner "du baume au cœur" à ses interlocuteurs mais qui devait pourtant rester secrète pendant encore trois jours.

L’indépendance de la BCE remise en cause
Et même si "pour les spécialistes, l'annonce ce jeudi d'un rachat massif de dette publique par la Banque centrale européenne (BCE) est une affaire entendue", le Huffington Post souligne que cette bourde de François Hollande a mis en lumière le manque d’indépendance de la BCE. Ce qui n’a pas non plus échappé à plusieurs observateurs français et belges, lesquels ont rapidement exprimé leur mécontentement sur Twitter.

Du côté des marchés, la bourde du président n’a pas eu de conséquences. "La parité euro-dollar n'a pas bondi tout comme le CAC 40 qui n'a guère réagi après la petite phrase du président", rapporte le Huffington Post. Et celui-ci de préciser que "cela aurait été totalement différent s'il avait annoncé les montants que compte investir la BCE".

Publié par La rédaction le Mardi 20 Janvier 2015 : 08h02

Repost 0
Published by Ricky
commenter cet article
19 janvier 2015 1 19 /01 /janvier /2015 09:39

M.C.

Marine Le Pen signe une tribune dans le New York Times de dimanche (disponible en version française), intitulée «Bien nommer la menace», à la suite des attentats terroristes qui ont causé la mort de 17 personnes. La présidente du Front national s’en prend en particulier à Laurent Fabius, le ministre français des Affaires étrangères, qui selon elle n’ose pas «nommer les choses».

«Pour lui, pas question de qualifier d’"islamistes" les terroristes qui, le mercredi 7 janvier 2015, se sont introduits dans les locaux du journal Charlie Hebdo, en plein coeur de Paris, écrit ainsi Marine Le Pen». «Pour lui, poursuit la présidente du FN, pas question non plus de parler d’"Etat islamique" pour qualifier le groupe de radicaux sunnites qui s’est mis en place sur une partie des territoires de l’Irak et de la Syrie. Toute référence au fondamentalisme islamiste doit être proscrite, par peur d’amalgame entre islam et islamisme. Il faut préférer les noms "Daesh" et "égorgeurs de Daesh". L’ironie de l’histoire veut que "Daesh" signifie en arabe exactement ce que l’on cherche à cacher, autrement dit "Etat islamique".»

«Les musulmans eux-mêmes ont besoin d’entendre ce message»

Marine Le Pen dresse ensuite son constat, à savoir que «la France, patrie des droits de l’homme et des libertés, a été attaquée sur son sol par une idéologie totalitaire: le fondamentalisme islamiste», ajoutant que «les musulmans eux-mêmes ont besoin d’entendre ce message. Ils ont besoin que l’on fasse clairement la distinction entre le terrorisme islamiste et leur foi.»

Elle réitère ensuite ses propositions: la déchéance de la nationalité des djihadistes d’abord, «une impérieuse nécessité», «la réinstauration d’un contrôle aux frontières nationales» ensuite, et «la tolérance zéro à l'égard des comportements contraires à la laïcité et à la loi française». Des propositions déjà émises lors de ses voeux à la presse le 16 janvier.

Repost 0
Published by Ricky
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Zuwala Richard
  • Le blog de Zuwala Richard
  • : Prévention et santé.Insertion de personnes en détresse sociale. Intervenant sur les problèmes d'addictologie.(alcool, drogue) Photographe amateur. Membre du bureau départemental et national fédération UDI de la Somme Vice Président de la Croix Rouge locale de Ham (80)
  • Contact

Recherche

Liens