Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 mai 2017 7 21 /05 /mai /2017 18:33

Ensemble Départemental de Guitares de l'Aisne, Dimanche 21 Mai 2017 à Jussy (02)

Arnaud Dumond et Frédéric Bernard, Guitares.

Guitares en Picardie
Guitares en Picardie
Guitares en Picardie
Guitares en Picardie
Guitares en Picardie
Guitares en Picardie
Guitares en Picardie
Guitares en Picardie
Guitares en Picardie
Guitares en Picardie
Guitares en Picardie
Guitares en Picardie
Guitares en Picardie
Guitares en Picardie
Guitares en Picardie
Guitares en Picardie
Repost 0
Published by Ricky
commenter cet article
21 mai 2017 7 21 /05 /mai /2017 06:01

Hauts-de-France: Xavier Bertrand, hausse le ton contre le FN au conseil régional

POLITIQUE Le président (LR) des Hauts-de-France s’est livré à un réquisitoire brutal face aux élus du FN lors d’une séance plénière du conseil régional…

 

Xavier Bertrand, à la tête du conseil régional Hauts-de-France.

Xavier Bertrand, à la tête du conseil régional Hauts-de-France. — O. Aballain / 20 Minutes

Le tweet de Xavier Bertrand n’arrête pas d’être partagé. Posté par le président (LR) de la Région des Hauts-de-France lui-même, on le voit s’en prend d’une manière véhémente au Front national, lors d’une séance plénière du conseil régional, jeudi.

C’est une motion déposée par le groupe FN -dirigé par Philippe Eymery en l’absence de Marine Le Pen- qui a provoqué l’ire de Xavier Bertrand, selonLa Voix du Nord. Cette motion évoquait les emplois régionaux.

Les selfies chez Whirlpool

Certes, les coups de sang du président du conseil régional envers le FN, seule opposition au sein de l’institution, sont assez habituels, mais cette fois, il s’est lancé dans un argumentaire très méthodique. Xavier Bertrand accuse la candidate à la présidentielle, Marine Le Pen, d’être venue sur le parking de Whirlpool à Amiens, victime d’une délocalisation, uniquement pour faire des selfies. Il lui reproche de considérer les ouvriers licenciés comme de la « matière première électorale ».

 

Il affirme aussi que lui est allé chez Whirlpool loin des caméras. « Soit on fait comme nous, on essaie de trouver des solutions, soit on fait comme vous du cinéma sur le malheur et les inquiétudes des gens », dénonce-t-il.

« Ce serait davantage de malheur pour les habitants »

« Heureusement que vous êtes dans l’opposition, que Mme Le Pen a été sévèrement battue. Sinon, ce serait davantage de malheur pour les habitants de cette région, assène Xavier Bertrand, en haussant le ton et sous une standing ovation des élus de la majorité. Et je me battrai également contre vous pour qu’il n’y ait pas 23 députés du Front national dans cette région, là où vous êtes arrivés en tête au second tour de l’élection présidentielle. »

Réponse du président du groupe frontiste, Philippe Eymery, lequel regrette des « accusations gratuites » : « Il faut savoir garder son calme (…) Vous êtes un danger pour la démocratie, M. Bertrand ». L’ambiance reste donc toujours aussi tendue dans les travées du conseil régional.

Repost 0
Published by Ricky
commenter cet article
21 mai 2017 7 21 /05 /mai /2017 05:56

Edouard Philippe tacle «l'opposition radicale et stérile» au sein de LR

LEGISLATIVES S’il ne « croit pas que les partis soient morts », le Premier ministre juge que « leurs habitudes, leur sédimentation, à certains égards leur fossilisation, sont dépassées »…

Edouard Philippe à l'Elysée 18/05/2017.
Credit:LEWIS JOLY/SIPA.
Edouard Philippe à l'Elysée 18/05/2017. Credit:LEWIS JOLY/SIPA. - SIPA
 

« Mon objectif est de donner une majorité au chef de l’Etat. Je ferai donc campagne pour les candidats qui partagent cet objectif », déclare Edouard Philippe. Dans un entretien au Journal du Dimanche, le Premier ministre explique la « tâche » qui l’attend, dans la perspective des législatives des 11 et 18 juin : « l’organisation et l’animation de la majorité que nous allons construire autour du projet » d’Emmanuel Macron.

>> A lire aussi : Edouard Philippe abandonne son fauteuil de maire

S’opposera-t-il aussi à des candidats avec qui il est ami ? « Hé oui », répond cet ancien responsable LR, proche d’Alain Juppé. « Je ferai campagne comme je l’ai toujours fait, sur un ton mesuré. Je ne vais pas, alors que je souhaite qu’on réponde à la main tendue par le président, me mettre à insulter, dénigrer ou critiquer des personnes que j’estime mais qui ne font pas le même choix que moi ».

« Une proximité évidente » entre les programmes de Juppé et Macron

« J’ai vu que ce choix suscitait des réactions, parfois acides. J’y répondrai par le calme et la tolérance. Ce qui m’intéresse, c’est de faire avancer le pays », insiste-t-il dans une allusion aux critiques, au sein du parti Les Républicains, sur sa décision d’accepter de devenir le Premier ministre d’Emmanuel Macron.

>> A lire aussi : Le passé encombrant de certains ministres censés être «irréprochables»

« J’ai, au sein de LR, des amitiés très fortes. Au sein de ce parti, certains souhaitent que le président et le gouvernement réussissent, pour que la France aille mieux dans cinq ans qu’aujourd’hui. D’autres ont choisi une opposition radicale et stérile. C’est leur choix », ajoute le nouveau locataire de Matignon.

Face aux accusations de trahison au sein de la droite, Edouard Philippe assure au contraire que « quand (il) relit le programme d’Alain Juppé, son esprit et ses propositions », il « retrouve beaucoup d’éléments qui figurent dans le projet d’Emmanuel Macron, notamment d’un point de vue économique ». « Je constate une proximité évidente. A la place qui est la mienne, j’ai le sentiment de faire avancer les idées auxquelles je crois », souligne-t-il.

Les « habitudes, les sédimentations, la fossilisation » des partis sont dépassées

Edouard Philippe affirme être dans une « continuité d’idées totale ». « Chacun connaît mon parcours. Je suis un homme de droite, ouvert aux idées qui viennent d’ailleurs. Ceux qui répondront à cette ouverture par une logique d’exclusion courent le risque d’être sanctionnés par les Français », lance-t-il en direction du parti LR.

>> A lire aussi : Les Républicains en meeting à Paris dans un climat morose

S’il ne « croit pas que les partis soient morts », il juge toutefois que « leurs habitudes, leur sédimentation, à certains égards leur fossilisation, sont dépassées ». « C’est pour cela que ça craque. Je dis à tous : n’ayez pas peur. Nous avons l’occasion de dépasser quelque chose qui est bloqué (…) Le système partisan français était dans une impasse. C’était inextricable. Le président a tranché le nœud gordien », insiste Edouard Philippe.

Repost 0
Published by Ricky
commenter cet article
21 mai 2017 7 21 /05 /mai /2017 05:50

Fillon estime avoir fait une «connerie» avec Sens Commun

POLITIQUE L'ex-candidat à l'élection présidentielle, resté discret depuis son élimination au premier tour, a livré un commentaire surprenant au quotidien Le Parisien... 

François Fillon après les résultats du premier tour de la présidentielle, le 23 avril 2017.
François Fillon après les résultats du premier tour de la présidentielle, le 23 avril 2017. - Jacques Witt/SIPA
 
  • Le mouvement conservateur Sens Commun est une émanation de la Manif pour Tous et soutien actif de Fillon pendant la campagne présidentielle
  • François Fillon avait laissé entendre, quelques jours avant le 1er tour, que des membres de Sens Commun auraient pu intégrer son gouvernement

« Par rapport à Sens Commun, j’ai sûrement fait une connerie ». Cette confidence de François Fillon à un ancien ministre est rapportée ce samedi par Le ParisienUn regret qui intervient près d’un mois après l’élimination de l’élu sarthois au premier tour de l’élection présidentielle.

>> A lire aussi : Au fait, c'est quoi Sens Commun, l'association qui soutient François Fillon?

Resté particulièrement discret depuis, l’ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy serait en train de préparer sa reconversion dans le « privé » a fait savoir son fidèle lieutenant Bruno Retailleau dans l’article du quotidien.

« Une connerie »

« Il a fait tout ce qu’il a pu. Mais il reconnaît quelques erreurs, notamment de ne pas avoir envoyé assez de signaux vis-à-vis des classes populaires dans son programme […] Par rapport à Sens Commun [NDLR :  l’émanation politique de la Manif pour tous opposée à la loi Taubira], j’ai sûrement fait une connerie. Je n’aurais pas dû leur donner autant de place dans ma campagne », peut-on lire dans le journal.

>> A lire aussi : Des ténors LR s'inquiètent de la place de Sens Commun dans la campagne de Fillon

Un repentir surprenant au regard du soutien constant et mutuel entre le mouvement Sens Commun et le candidat Les Républicains. Décembre 2016. François Fillon dévoile son équipe de campagne. Dans l’organigramme, deux noms peu connus : Christophe Billan au pôle « Animation/Mobilisation » et Madeleine de Jessey, au pôle « Société civile ». Ils sont tous les deux membres de l’association Sens Commun, l’un des nombreux mouvements créés en 2013 dans le sillage de la Manif pour tous.

Lorsque la campagne du candidat est déstabilisée par les révélations du Canard Enchaîné sur les soupçons d’emplois fictifs de sa femme et de ses enfants, le mouvement continue de l’épauler. Et quelques jours avant son élimination au premier tour, Fillon laissait entendre, malgré la désapprobation de certains ténors LR, que des membres de Sens Commun pourraient intégrer son gouvernement en cas de victoire. Mais ça, c’était avant.

Repost 0
Published by Ricky
commenter cet article
19 mai 2017 5 19 /05 /mai /2017 06:40

Marine Le Pen à David Pujadas : «Vous ne pensez qu'à lécher le cul du pouvoir»

PROPOS Et certains passages ne manquent pas de surprendre…

Marine Le Pen et David Pujadas dans l'émission L'entretien politique sur France 2, le 20 avril 2017.
Marine Le Pen et David Pujadas dans l'émission L'entretien politique sur France 2, le 20 avril 2017. - Martin BUREAU / POOL / AFP

 

« Vous ne pensez qu’à lécher le cul du pouvoir. » Voilà une des phrases dite en off que l’on peut retrouver Le journal du Off, la bande dessinée de Renaud Saint-Cricq et Frédéric Gerschel - très grièvement blessé dans un accident de voiture en Irak en octobre 2016 -, et du du dessinateur James sur les coulisses de la présidentielle.

« Ce que vous avez fait, c’est lamentable, ce sont des méthodes staliniennes »

Cette bande dessinée, qui sort en libraire ce jeudi 18 mai, raconte les coulisses d’une campagne présidentielle unique et exceptionnelle. Elle raconte en dessin tout ce dont le public n’a pas eu connaissance : « Dans cet album, tout ce qui concerne la politique et la campagne présidentielle est vrai, les scènes se sont réellement déroulées comme nous le racontons, les candidats et leurs équipes ont vraiment prononcé les paroles qui leur sont attribuées », écrit Renaud Saint-Cricq dans le préambule de l’ouvrage.

>> A lire aussi : Pourquoi David Pujadas est-il évincé du «20 Heures»?

Un des scènes a fait particulièrement parlé d’elle. Il s’agit d’un échange entre David Pujadas et Marine Le Pen, le 28 avril dernier, à la fin de l’émission L’entretien politique. La candidate frontiste monte au créneau, furieuse d’avoir du s’expliquer en plateau sur une photo d’un proche effectuant un salut nazi : « Ce que vous avez fait, c’est lamentable, ce sont des méthodes staliniennes, vous m’avez piégée », dit-elle en s’emportant, avant de poursuivre « Vous êtes indignes ! C’est une chaîne de sévices publics, vous ne pensez qu’à lécher le cul du pouvoir, vous êtes des laquais. »

Philippot ne voulait pas du duo Pujadas-Salamé, « la lie du journalisme »

Quelques minutes plus tôt, Marine Le Pen s’était attaqué à Delphine Ernotte, la présidente de France Télévision : « Je sais que Madame Ernotte est une amie de monsieur Macron. Vous avez passé trois reportages à charge contre le Front national et contre moi […] Je suis heureuse que les Français voient la manière dont vous traitez l’information ! […] Ce sont des méthodes de voyou. »

Et ce n’est pas l’unique passage concernant le Front national. Peu avant le débat du 20 avril, les représentants des candidats se trouvent à France Télévisions pour une réunion préparatoire. A propos de la question des présentateurs pressentis pour le débat, Florian Philippot réagit immédiatement : « Non mais si c’est pour se faire interviewer par David Pujadas et Léa Salamé, la lie du journalisme », lâche-t-il. Le débat a été remplacé par un entretien de 15 minutes pour chaque candidat… face au duo Pujadas-Salamé.

Repost 0
Published by Ricky
commenter cet article
19 mai 2017 5 19 /05 /mai /2017 06:36

Baroin à Bordeaux: «Des choix personnels» pour les trois LR rentrés au gouvernement

POLITIQUE François Baroin, en visite en Gironde pour la campagne des législatives de la droite et du centre, a commenté le ralliement de trois personnalités de droite au gouvernement En Marche...

 

Le maire de Bordeaux a accueilli François Baroin. / AFP PHOTO / MEHDI FEDOUACH

Le maire de Bordeaux a accueilli François Baroin. / AFP PHOTO / MEHDI FEDOUACH — AFP

« Le gouvernement a été constitué avec des personnes de qualité parfois issues de nos rangs. Ce sont des choix personnels et je les respecte », a lancé Alain Juppé, ce jeudi, lors de la visite de François Baroin en Gironde, pour la campagne des législatives de la droite et du centre.

Edouard Philippe, un proche de Juppé, est devenu premier ministre. Bruno Le Maire, candidat malheureux à la primaire de la droite et du centre, a été nommé ministre de l’économie et Gérald Darmanin, ministre de l’action et des comptes publics.Des exclusions du parti LR ont été prononcées après ces nominations.

>> A lire aussi : Macron: Un premier gouvernement taillé pour les législatives... et tant pis pour les promesses!

Un gouvernement qui « penche à gauche »

Si François Baroin est d’accord pour dire qu’il s’agit de choix personnels, il est plus tranchant que le maire de Bordeaux, estimant que ces trois personnalités de droite font « une mauvaise analyse politique ». Les voir entrer au gouvernement ne suscite pas la satisfaction du chef de file pour les législatives de la droite et du centre qui parle de « regret ». « Ils considèrent que la France c’est le résultat du second tour alors que nous, nous considérons que le vrai visage de la France c’est celui du premier tour: quatre blocs, d'égale intensité, d'égale valeur, d'une France éclatée comme jamais », a t-il expliqué.

Pour lui, le gouvernement fraîchement désigné « penche à gauche » et ces hommes de droite jouent maintenant contre leur camp. « Ils font un choix, ils vont soutenir des candidats En Marche contre des candidats LR ( aux législatives) et soutenir des projets qu’ils ont combattu », souligne François Baroin.

>> A lire aussi : Gouvernement: Après leur nomination, Bruno Le Maire et Gérald Darmanin se font expulser de LR

Il en a profité pour énumérer les points de désaccords avec le programme du président Emmanuel Macron, évoquant la volonté de son mouvement de la droite et du centre d’augmenter les petites retraites, de rétablir les peines planchers, de baisser les impôts et d’augmenter le pouvoir d’achat. Il a néanmoins reconnu un point d’accord sur la politique Européenne. Il appelle de ses souhaits une majorité de la droite et du centre aux législatives pour mener « la politique la plus adaptée », et ce « sans aucun esprit de revanche ». Juppé a, lui, rappelé qu’il ne souhaitait pas d’obstruction systématique à la politique du gouvernement d’Edouard Philippe mais qu'il voulait  travailler de « manière constructive ».

Repost 0
Published by Ricky
commenter cet article
19 mai 2017 5 19 /05 /mai /2017 06:30

Législatives: Marine Le Pen sera candidate dans le Pas-de-Calais

CANDIDATURE « J’ai une relation affective très forte avec les habitants des bassins miniers », a justifié l’ex-candidate FN à l’Elysée…

Une affiche de Marine Le Pen à Hénin-Beaumont, le 23 avril 2017.
Une affiche de Marine Le Pen à Hénin-Beaumont, le 23 avril 2017. - AFP

 

C’est désormais officiel, sans toutefois être une surprise. Marine Le Pen, présidente du Front national, a confirmé ce jeudi soir sur TF1 qu’elle serait candidate aux législatives dans la circonscription d’Hénin-Beaumont dans le Pas-de-Calais, mairie FN tenue par Steeve Briois où elle a fait 58,2 % des voix au second tour de la présidentielle.

« Je n’ai pas particulièrement hésité, j’ai juste attendu pour rendre publique ma décision (…) J’ai une relation affective très forte avec les habitants des bassins miniers », a justifié l’ex-candidate FN à l’Elysée, battue par Emmanuel Macron.

 

Repost 0
Published by Ricky
commenter cet article
19 mai 2017 5 19 /05 /mai /2017 06:23

Législatives: Le parti d'Emmanuel Macron accentue son avance au 1er tour

SONDAGE 39% des sondés souhaitent par ailleurs que La République En Marche «ne dispose pas d'une majorité» à l'Assemblée «et qu'il y ait une cohabitation»...

Jean-Paul Delevoye, responsable de la commission d'investiture de La République en marche.
Jean-Paul Delevoye, responsable de la commission d'investiture de La République en marche. - Hamilton / SIPA

 

Le parti présidentiel en progression dans les intentions de vote. La République En Marche accentue son avance avec 32% (+3) d'intentions de vote pour ses candidats au 1er tour des législatives, devant Les Républicains et le Front national en légère baisse à 19% (-1), selon un sondage Harris Interactive diffusé jeudi.

La formation créée par Emmanuel Macron et alliée au MoDem gagne trois points en une semaine et six en dix jours sur ses principaux concurrents, LR-UDI et FN, qui reculent chacun d'un point en une semaine et de trois en dix jours.

La France insoumise progresse légèrement

Les candidats de La France insoumise de Jean-Luc Mélenchon recueille 15% d'intentions de vote (+1 en une semaine) au 1er tour, le 11 juin, et ceux du Parti socialiste allié au PRG 6% (-1), selon cette enquête pour francetélévisions.

Les candidats écologistes d'EELV et les souverainistes de Debout la France sont crédités de 3% d'intentions de vote, ceux du Parti communiste de 2% et ceux de l'extrême gauche (LO ou NPA) de 1%.

39% souhaitent «qu'il y ait une cohabitation»

Par ailleurs, seules 23% des personnes interrogées souhaitent que la formation créée par le nouveau président de la République «dispose à elle seule de la majorité absolue» à l'Assemblée nationale. 39% souhaitent au contraire que La République En Marche «ne dispose pas d'une majorité» à l'Assemblée «et qu'il y ait une cohabitation».

Enfin, 20% des Français interrogés souhaitent que La République En Marche «dispose d'une majorité relative» et «s'allie avec le centre-gauche pour gouverner». Et 17% qu'elle «dispose d'une majorité relative» et «s'allie avec le centre-droit pour gouverner».

Enquête réalisée en ligne du 15 au 17 mai (avant la présentation du nouveau gouvernement) auprès de 4.598 personnes inscrites sur les listes électorales, selon la méthode des quotas. Marge d'erreur de 0,7 à 1,6 point.

Les intentions de vote ne constituent pas une prévision de résultat. Elles donnent une indication des rapports de force et des dynamiques au jour de la réalisation du sondage.

Repost 0
Published by Ricky
commenter cet article
17 mai 2017 3 17 /05 /mai /2017 08:45

Gouvernement: la présentation repoussée, les rumeurs vont bon train

Gouvernement: la présentation repoussée, les rumeurs vont bon train©Boursier.com
 

Initialement prévue pour mardi, l'annonce de la composition du gouvernement a finalement été repoussée à mercredi, 15 heures, afin de procéder aux vérifications fiscales et déontologiques des futurs ministres. En conséquence, le premier conseil des ministres aura lieu jeudi matin.

"Conformément à ses engagements de moraliser la vie publique, le président de la République, en lien avec le Premier ministre, a souhaité introduire un temps de vérification", souligne l'Elysée dans un communiqué.

Un gouvernement resserré

Les rumeurs vont bon train, concernant la composition de la future équipe. Resserré autour de quinze ministres, le gouvernement devrait être paritaire et composé pour un tiers de membres de la société civile, comme l'a répété Emmanuel Macron à plusieurs reprises.

Après avoir nommé un Premier ministre Les Républicains, d'autres hommes et femmes de droite pourraient faire leur entrée au gouvernement. 'Le Figaro' cite les noms de Benoist Apparu,  Bruno Le Maire mais également Franck Riester. "Ce qui nous importe, c'est de trouver les bonnes personnes qui partagent cette ambition pour la France, cet esprit de refus du sectarisme", a déclaré hier soir sur le plateau de TF1, Edouard Philippe.

Le Drian pourrait rester à La Défense

Le ministre de la Défense sortant, Jean-Yves Le Drian, est pressenti pour conserver son poste sous le quinquennat d'Emmanuel Macron. Il a d'ailleurs été reçu à Matignon ce matin, afin d'y rencontrer le nouveau chef de gouvernement.

Au ministère de l'Economie, les noms de Thierry Breton, PDG du groupe Atos, et de Pierre Nanterme, patron d'Accenture, ont circulé ces derniers jours, indique BFMTV. Au budget, 'Les Echos' évoquaient dès ce week-end, Jean Pisany-Ferry, Philippe Martin ou Marc Ferracci, ces derniers ayant pensé le programme économique du fondateur 'En Marche'.

A qui reviendra la lourde tâche d'améliorer la situation du marché du travail ? Là encore, des noms circulent, sans être arrêtés. Celui de Nicole Notat, ex-chef de file de la CFDT, revient régulièrement.

Jean-Louis Borloo à l'Environnement ?

Le président du Modem, François Bayrou, qui a apporté son soutien à Emmanuel Macron pourrait de son côté bénéficier du portefeuille de la Justice, alors que le nom de Jean-Louis Borloo circule pour celui de l'Ecologie, poste qu'il a déjà occupé sous la présidence de Nicolas Sarkozy.

Un signal qui serait apprécié des ONG. Dans une lettre adressée au nouveau président de la République la semaine dernière, elles ont réclamé la constitution d'un grand ministère, "avec à sa tête un ministre d'Etat, numéro deux dans l'ordre protocolaire, en charge du développement durable (écologie, biodiversité, climat et énergie, transport, logement et urbanisme, aménagement du territoire, pêche et mer)".

Repost 0
Published by Ricky
commenter cet article
17 mai 2017 3 17 /05 /mai /2017 08:39

Législatives: Quelque 550 candidats d'En marche! investis, Le Maire, Riester ou Le Foll protégés

CANDIDATURE Certains élus de gauche et de droite seront sûrs de ne pas avoir à affronter un candidat du parti d’Emmanuel Macron…

Jean-Paul Delevoye, le président de la Commission d'investiture aux législatives pour le mouvement En marche! en réunion le 25 février 2017 à Paris.
Jean-Paul Delevoye, le président de la Commission d'investiture aux législatives pour le mouvement En marche! en réunion le 25 février 2017 à Paris. - THOMAS SAMSON / AFP

 

Quelque 550 candidats de La République en marche ! pour les législatives étaient investis ce mardi soir et plusieurs ténors de la droite, comme Bruno Le Maire, et de la gauche, comme Stéphane Le Foll, seront protégés, a-t-on appris de sources concordantes.

Une vingtaine de circonscriptions restaient encore à pourvoir ce mardi soir après une nouvelle réunion de la Commission d’investiture, a indiqué à l’AFP un de ses membres. Parmi elles, certaines sont situées dans les Outre-mers et doivent être encore attribuées. La fin du dépôt légal des candidatures pour les législatives (11-18 juin) est vendredi.

Une dizaine de circonscriptions concernées

Mais d’autres n’auront aucun candidat de La République en marche ! afin d’épargner des personnalités de droite ou de gauche dont la sensibilité est compatible avec le projet d’Emmanuel Macron. Sont concernés, selon un autre membre de la Commission, Les Républicains Franck Riester (Seine-et-Marne), Benoist Apparu (Marne) et Bruno Le Maire (Eure), qui pourraient aussi intégrer le gouvernement dévoilé ce mercredi. A gauche, Marisol Touraine (Indre-et-Loire) et Stéphane Le Foll (Sarthe) sont également épargnés.

De même, la ministre du Travail Myriam El Khomri (PS) et Pierre-Yves Bournazel (LR), qui s’affrontent à Paris mais pourraient chacun se montrer favorables aux réformes d’Emmanuel Macron, n’auront aucun candidat de La République en marche ! face à eux, a-t-on appris de même source. Proche du maire de Nice Christian Estrosi, Marine Brenier (Alpes-Maritimes) devrait également avoir le champ libre. Au total, une bonne dizaine de circonscriptions seront concernées, après un dernier affinage. Le parti d’Emmanuel Macron, qui a dévoilé une liste de 511 noms lundi soir, avait déjà annoncé appliquer un tel traitement de faveur à l’ancien Premier ministre Manuel Valls dans l’Essonne.

Repost 0
Published by Ricky
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Zuwala Richard
  • Le blog de Zuwala Richard
  • : Prévention et santé.Insertion de personnes en détresse sociale. Intervenant sur les problèmes d'addictologie.(alcool, drogue) Photographe amateur. Membre du bureau départemental et national fédération UDI de la Somme Vice Président de la Croix Rouge locale de Ham (80)
  • Contact

Recherche

Liens