Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 mars 2017 2 28 /03 /mars /2017 05:44

Affaire Fillon: Sarkozy dénonce «l'ingérence du pouvoir médiatique» dans la justice

DIATRIBES Nicolas Sarkozy a récemment fustigé « l'ingérence du pouvoir médiatique » dans le fonctionnement de la justice, a rapportée, ce lundi, l'hebdomadaire « Valeurs Actuelles »...

L'ancien président du parti LR Nicolas Sakozy, le 22 janvier 2016 à l'Elysée à Paris.
L'ancien président du parti LR Nicolas Sakozy, le 22 janvier 2016 à l'Elysée à Paris. - Christophe Ena/AP/SIPA

 

En pleine affaire Fillon, Nicolas Sarkozy a exprimé sa lassitude face à « l'ingérence du pouvoir médiatique » lors d'une intervention devant des avocats du barreau de Paris, rapporte ce lundi l'hebdomadaire Valeur Actuelles.

« Qui arrêtera l'ingérence du pouvoir médiatique dans le fonctionnement de l'autorité judiciaire ? Qui arrêtera l'instrumentalisation des procédures par le pouvoir médiatique ? Qui aura suffisamment de courage pour écrire le J'accuse qui manque à notre siècle ? », a notamment lancé l'ancien président de la République lui-même avocat, dans cette intervention prononcée le 20 mars et que l'hebdomadaire indique s'être procurée.

Sarkozy s'en prend au secret des sources 

Interrogé par l'AFP, l'entourage de l'ancien président des Républicain n'a pas démenti ces propos, prononcés à l'occasion de la remise de la Légion d'honneur à l'avocat Jean-Yves Le Borgne, qui fut le défenseur d'Eric Woerth dans l'affaire Bettencourt. L'ex-président du parti Les Républicains s'en est aussi pris au secret des sources des journalistes, selon lui « devenu par la loi, non plus un simple précepte déontologique mais un principe de droit alors que dans le même temps le secret professionnel des avocats peut faire, à tout moment, l'objet d'une perquisition voire d'un interrogatoire dans le cadre d'une garde à vue ».

>> A lire aussi : Justice: Cazeneuve exhorte les futurs magistrats à ne pas se laisser «impressionner»

« La justice doit, bien sûr, chercher la vérité et pour cela elle dispose de moyens d'investigation nombreux et puissants mais elle ne peut ni inventer des intentions en renversant la charge de la preuve, ni arracher par la force et l'intimidation ce qu'elle doit obtenir par l'instruction, la déduction et la confrontation des points de vue », s'est aussi insurgé dans cette diatribe le candidat malheureux à la primaire de la droite, selon ces propos rapportés. Entre autres affaires judiciaires, Nicolas Sarkozy a été renvoyé début février en procès, avec treize autres protagonistes, pour ses dépenses excessives lors de la campagne présidentielle de 2012 dans l'affaire Bygmalion.

Repost 0
Published by Ricky
commenter cet article
28 mars 2017 2 28 /03 /mars /2017 05:36

Une meilleure compétitivité pour plus d'emplois, par Maurice Leroy porte parole des Centristes.

Certains mots font peur en France. Parmi eux : la compétitivité.
Souvent brandie par les représentants de la gauche comme l’arme des grands patrons contre les travailleurs modestes, la compétitivité est au contraire ce qui permet à notre économie de redémarrer et donc à notre société de se porter mieux !
La preuve : la réussite incontestable du Crédit d’Impôt pour la Compétitivité et l’Emploi, le fameux CICE, qui permet à la France de retrouver des couleurs économiques ces dernières années.
Certains candidats comme Benoît Hamon ou Jean-Luc Mélenchon dénoncent, voire veulent supprimer le CICE.
Il est au contraire temps de renforcer nos leviers de compétitivité ! Cela passe nécessairement par une remise en question du temps de travail, plus de souplesse et moins de charges pour nos entreprises. A la clé : de meilleurs gains de productivité, plus d’investissements et in fine plus d’emplois pour les Français !
 
 
Repost 0
Published by Ricky
commenter cet article
28 mars 2017 2 28 /03 /mars /2017 05:30

L'incertitude politique fait grimper les taux d'intérêt; par Maurice Leroy, porte parole des Centistes

L’issue de l’élection présidentielle et surtout l’après-présidentielle n’ont jamais semblé si floues.

Quelle majorité se dégagera des élections législatives des 11 et 18 juin ?
Quelles seront les marges de manœuvre du futur Président ?
Pire, peut-on envisager l’accession du Front National au pouvoir ?

Ces incertitudes ont des conséquences bien réelles sur le quotidien des Français. Ainsi, les taux d’intérêt des prêts immobiliers menacent de repartir franchement à la hausse en cas de crise politique. Déjà, la hausse de l’inflation incite les Banques Centrales à remonter les taux…
Il est donc grand temps de profiter des taux d’intérêt historiquement bas que nous garantit la Banque Centrale Européenne et de renégocier son prêt immobilier. On est aujourd’hui autour de 1,5 % hors assurances sur des prêts à 15 ans. Il n’y a pas à hésiter ! Et je vous conseille d'opter plutôt pour des prêts à taux fixes, histoire d’éviter d’éventuelles mauvaises surprises.
 

Repost 0
Published by Ricky
commenter cet article
28 mars 2017 2 28 /03 /mars /2017 05:23

Et si on parlait projet: les retraites

Pae Jean Dionis du Séjour; secrétaire général des Centristes

A moins d’un mois du premier tour des Présidentielles, la campagne est préemptée de manière frustrante et pour tout dire insupportable par le débat sur les affaires.
Alors puisque les grands médias nous saturent avec le débat sur la moralité, concentrons-nous sur la comparaison des projets des principaux candidats. La semaine dernière, nous avons traité de l’emploi. Cette semaine, je vous propose de nous intéresser aux retraites.

C’est d’abord un enjeu de cohésion sociale pour la France. Traite-elle, traitons-nous dignement nos anciens qui ont construit et accumulé la richesse dont nous bénéficions tous aujourd’hui? La solidarité nationale doit d’abord s’exercer envers les femmes et les hommes qui nous ont précédés dans la vie active.

C’est ensuite un immense défi budgétaire et financier. 14 millions de retraités en France en 2016 touchant une retraite brute moyenne de 1300 euros mensuels.
Les dépenses sociales représentent plus de la moitié des dépenses publiques de notre pays, les retraites constituant de loin le poste le plus important parmi celles-ci.
Les réformes engagées ces dernières années ne suffisent pas à assurer l’équilibre de notre système par répartition et l’allongement de l’espérance de vie doit être pris en compte pour en assurer la pérennité et garantir le maintien du pouvoir.

Ce cadrage étant posé, que disent les cinq principaux candidats (Le Pen, Fillon, Macron, Hamon et Mélenchon) sur ce sujet où il est plus difficile que sur d’autres de tricher ?

Le Pen et Mélenchon proposent le même retour démagogique à la retraite à 60 ans dans une belle unité des extrêmes. Selon les modalités de
mise en œuvre, ce retour à 60 ans coûterait de 20 à 40 milliards d’euros supplémentaires par an. Le déficit actuel de nos régimes de retraite est déjà de 10 à 12 Milliards par an... rajoutez-y 30 milliards. Vous mettez nos régimes de retraite en faillite en 2 ou 3 ans.
Bien sûr, silence radio sur les moyens de financer ce retour : baisse des pensions, fiscalité supplémentaire ?

Hamon est discret et immobile sur le sujet : statut quo sur l’âge de départ légal à la retraite. Bref, pas grand-chose si ce n’est le développement des comptes Pénibilité, véritable usine à gaz condamnée par tous les entrepreneurs de France. Et une idée plutôt baroque de transferts de trimestres validés entre conjoints pour favoriser les retraites à taux-plein (quid des divorces, des PACS?).

Macron a la même discrétion et le même immobilisme qu’Hamon sur le sujet. On ne touche ni à l’âge de départ à la retraite, ni au niveau des pensions et on se concentre sur la "grande réforme d’un système universel avec des règles communes de calcul des pensions progressivement mis en place. Le fait de changer d’activité ou de secteur sera sans effet sur les droits à la retraite. Avec un principe d’égalité: pour chaque euro cotisé, le même droit à pension pour tous".

 

 

Cette réforme intéressante sur le principe est critiquable quant à sa complexité et à la durée de sa mise en œuvre dans un pays comme la France aux 36 régimes spéciaux (cela prendra entre 10 et 15 ans). Elle ne pourra pas participer à la protection des retraites versées immédiatement.

Face à ces propositions soit démagogiques, soit très timides, seul le projet de François Fillon sur les retraites allie force et cohérence.
Il relèvera l’âge de la retraite à 65 ans, parce que seul cet effort permettra de redonner des marges de manœuvre à notre système de protection sociale et de contribuer à diminuer les charges pesant sur les entreprises et les salariés. Il sera ainsi possible de revaloriser les petites retraites et les petites pensions de réversion.
Cet effort raisonnable, construit avec l’ensemble des forces politiques, économiques et sociales de notre pays, permettra de refonder ensemble et de manière progressive notre système de retraite, afin de le rendre plus lisible et plus juste.

Cinq mesures fortes structurent ce projet :
1 - Faire passer progressivement l'âge légal à 65 ans. Le dispositif de départ pour carrières longues sera étendu pour permettre aux personnes ayant commencé à travailler jeunes de prendre leur retraite dès 63 ans. L'âge maximal du taux plein sera maintenu à 67 ans.
2 - Poursuivre l'harmonisation des règles entre les régimes publics et privés. S’agissant des régimes spéciaux d’entreprises, les nouveaux entrants seront affiliés au régime général.
3 - Abroger le compte pénibilité inapplicable car trop complexe. Traiter la pénibilité par l'amélioration des conditions de travail, une politique de prévention plus ambitieuse et une prise en compte de la situation réelle des salariés notamment à travers un examen médical individuel, permettant une meilleure reconnaissance de l’incapacité au travail et de l’inaptitude.
4 - Augmenter les pensions de base de plus de 300€ annuels pour les petites retraites, c'est-à-dire les personnes ayant un montant global de pension de moins de 1000 euros.
5 - Revaloriser les petites pensions de réversion de 10%, ce qui bénéficiera à plus de 300000 veuves et veufs.

Trop dur, le projet de François Fillon ?
Et si nous levions un peu la tête et regardions ce qui se fait ailleurs en Europe ? L’analyse de l’âge légal de départ à la retraite est édifiante :
- l’Allemagne passe progressivement de 65 à 67 ans,
- Italie : 66 ans,
- Danemark, Espagne, Finlande, Pays-Bas : tous à 65 ans…

Alors, oui, sur les retraites, comme sur l’emploi, comme sur tous les sujets prioritaires, le projet de François Fillon est le plus solide. Il est exigeant ? Oui, il nous demande un effort raisonnable qu’ont fait depuis longtemps nos voisins européens.

La protection de nos retraites et la volonté de les rendre plus justes et plus lisibles méritent que nous fassions cet effort.

 
 
Repost 0
Published by Ricky
commenter cet article
27 mars 2017 1 27 /03 /mars /2017 18:07

Marine Le Pen n'envisage pas de prendre Marion Maréchal-Le Pen comme ministre

Marine Le Pen n'envisage pas de prendre Marion Maréchal-Le Pen comme ministre

Marine Le Pen, candidate FN à la présidentielle et sa nièce, la députée du Vaucluse Marion Maréchal-Le Pen (D), le 15 octobre 2016 à Nice

 

Présidentielle: Marine Le Pen affirme dans un entretien à Femme Actuelle qu'elle n'envisage pas en cas d'accession à l'Élysée de nommer sa nièce ministre

Marine Le Pen, candidate FN à la présidentielle, affirme dans un entretien à Femme Actuelle qu'elle n'envisage pas en cas d'accession à l'Élysée de nommer ministre sa nièce Marion Maréchal-Le Pen, pour raisons familiales mais aussi à cause de son inexpérience supposée.

Dans cet entretien, dont des extraits ont été diffusés lundi, Marine Le Pen répond à la question "trop inexpérimentée ?" concernant la députée du Vaucluse: "Oui probablement, probablement, mais le simple fait qu'elle soit ma nièce poserait un problème", affirme l'eurodéputée.

"La place de ma nièce est députée. Je ne lui dois rien. Enfin, je ne lui dois rien... A personne d'ailleurs, je ne dois rien à personne!", se reprend Mme Le Pen.

"Je n'ai d'ascenseur à renvoyer à personne. Je me déterminerai en fonction de l'intérêt des Français et de la manière dont se sera dessinée ma majorité présidentielle", poursuit la présidente du FN.

De sa nièce, elle dit aussi qu'"elle ne mérite pas cet excès d'opprobre. Elle est jeune, elle est assez raide, c'est vrai, un peu comme la jeunesse française, la jeunesse française est assez raide, elle se raidit en tout cas."

Tante et nièce s'étaient opposées en décembre sur la question du remboursement de l'IVG, la première demandant à la seconde d'éviter les "chicayas".

Marine Le Pen trouve par ailleurs "un côté gadget" à l'idée d'un gouvernement paritaire. "Je prends des femmes parce qu'elles sont compétentes et que c'est là que je veux les voir".

"Des quotas pour les femmes, je trouve ça presque blessant, les grandes femmes politiques dans notre pays n'ont pas eu besoin de la parité pour émerger, et celles qui ont émergé comme ça elles ont vite disparu", ajoute Mme Le Pen.

Repost 0
Published by Ricky
commenter cet article
27 mars 2017 1 27 /03 /mars /2017 18:01

Valls, soupçonné par Hamon d'un ralliement à Macron, réunit ses proches mardi

Valls, soupçonné par Hamon d'un ralliement à Macron, réunit ses proches mardi

L'ex-Premier ministre Manuel Valls (G) et le candidat socialiste Benoît Hamon, le 29 janvier 2017 à Paris

 

Présidentielle: Valls, soupçonné publiquement par Hamon de préparer un appel à voter Macron, réunit à nouveau ses proches mardi à l'Assemblée

L'ex-Premier ministre Manuel Valls, soupçonné publiquement par le candidat socialiste Benoît Hamon de préparer un appel à voter Emmanuel Macron, réunit à nouveau ses proches mardi à l'Assemblée nationale, a-t-on appris auprès de son entourage.

Le finaliste défait de la primaire socialiste, qui a vivement critiqué et refusé de parrainer Benoît Hamon, s'exprimera devant environ 60 à 70 parlementaires à partir de 17H00 à la questure de l'Assemblée, selon des proches.

Manuel Valls, qui déjeunera comme tous les mardis avec le cercle restreint de ses fidèles, est "partagé" comme son entourage entre deux options, selon un de ses lieutenants.

Une première option consisterait à faire savoir avant le premier tour qu'il votera pour M. Macron, un soutien qui "vaudrait plus cher" que celui, quasi automatique, qu'il pourrait faire en cas de second tour Macron-Le Pen ou Macron-Fillon, résume ce proche.

Cette option est notamment défendue en coulisses par plusieurs membres du premier cercle, comme le chef de file des sénateurs PS Didier Guillaume, le député Malek Boutih ou le maire d'Évry Francis Chouat.

Autre possibilité, défendue notamment en privé par ses anciens porte-parole pendant la primaire Olivier Dussopt et Mathieu Klein: ne pas donner de consigne de vote avant le premier tour, sauf si l'hypothèse d'un duel Fillon-Le Pen remontait dans les sondages.

Entre les deux options, "le débat a toujours lieu", assure ce fidèle. "Il n'annoncera pas mardi qu'il vote Macron, ça c'est certain", explique à l'AFP un autre lieutenant, qui s'attend toutefois à ce que M. Valls fasse un pas de plus en ce sens.

L'ancien Premier ministre a déjà acté son divorce, en annonçant qu'il ne parrainait pas M. Hamon et en signant dans le JDD une tribune assassine où il a éreinté le programme du candidat PS, l'accusant de "trahir le passé de (sa) famille politique" et de "livrer la France à ceux qui préparent le pire des avenirs".

Dimanche soir sur France 2, Benoît Hamon avait dénoncé les "coups de couteau dans le dos" plantés par des "caciques qui veulent rester au pouvoir" et avec qui "il n'aurait pas gouverné".

"On m'annoncerait même la semaine prochaine une mise à mort avec le ralliement de Manuel Valls à la candidature d'Emmanuel Macron", a-t-il lâché.

Une cinquantaine de députés et sénateurs socialistes ont déjà parrainé Emmanuel Macron, selon un décompte de l'AFP, dont une grosse quinzaine soutenait M. Valls à la primaire socialiste.

Repost 0
Published by Ricky
commenter cet article
27 mars 2017 1 27 /03 /mars /2017 17:56

Présidentielle: Fillon veut "pourrir" la campagne, accuse Cambadélis (PS)

Présidentielle: Fillon veut

Le patron du PS Jean-Christophe Cambadélis le 22 janvier 2017 à Paris

 

Présidentielle: Fillon tente de "pourrir" l'élection présidentielle en accréditant la thèse d'un "cabinet noir" à l'Élysée complotant contre lui

François Fillon tente de "pourrir" l'élection présidentielle en accréditant la thèse d'un "cabinet noir" à l'Élysée complotant contre le candidat de droite, a affirmé lundi le patron du PS Jean-Christophe Cambadélis.

"En concentrant ses attaques contre le président de la République, en indiquant qu'il y aurait un cabinet noir qui ferait des complots contre les dirigeants politiques, il veut pourrir la campagne présidentielle", déclare le premier secrétaire du PS dans un éditorial vidéo. 

"Il pense qu'il peut se sauver en appelant à un réflexe de la droite contre la gauche. En fin de compte, il affaiblit la République et permet tout simplement au Front national d'en faire son miel", accuse M. Cambadélis.

Alors que le candidat socialiste Benoît Hamon est à la peine dans les sondages, le patron du PS estime qu'il "est temps" de "faire mouvement" avec l'ancien ministre de l'Éducation.

"Nous sommes dans ce moment où la situation est un peu confuse, où on ne voit pas totalement où sont les solutions", reconnaît M. Cambadélis, en allusion aux déchirements socialistes entre les candidatures Macron et Hamon.

"Pourtant, Benoît Hamon indique, au-delà de sa probité, les grandes clés de cette élection présidentielle, les transitions que nous devons affronter et le rassemblement de l'ensemble des gauches et des écologistes qui sont nécessaires", juge-t-il.

"Il est temps de faire mouvement avec le parti socialiste pour permettre à cette candidature d'être l'espoir de la France et de la République", conclut le chef de parti.

Benoît Hamon a lancé dimanche soir un appel sur France 2 aux électeurs de gauche à ne pas "voter par défaut" et dénoncé les "coups de couteau dans le dos" plantés par des "caciques qui veulent rester au pouvoir" et avec qui "il n'aurait pas gouverné".

Il a fait allusion à un "ralliement de Manuel Valls à la candidature d'Emmanuel Macron" qui pourrait avoir lieu selon lui cette semaine.

Repost 0
Published by Ricky
commenter cet article
27 mars 2017 1 27 /03 /mars /2017 17:53

Marine Le Pen croit, comme Fillon, à des "écoutes" du "pouvoir"

Marine Le Pen croit, comme Fillon, à des

Marine Le Pen en meeting au Zenith le 26 mars 2017 à Lille

 

Présidentielle: Marine Le Pen, candidate Front national, a dit sur Europe 1 croire comme François Fillon à des "écoutes" du "pouvoir"

Marine Le Pen, candidate Front national à la présidentielle, a dit lundi sur Europe 1 croire comme François Fillon à des "écoutes" du "pouvoir", appelant celui-ci à "cesser de le faire".

Craignez-vous d'être écoutée ? "Ecoutez, je m'en moque", a d'abord répondu la présidente du Front national.

"Je ne suis pas naïve, je sais que depuis de très nombreuses décennies, le pouvoir utilise ce genre de méthodes. Il faut qu'il cesse de le faire", a demandé la dirigeante d'extrême droite.

"Il y avait les écoutes au moment de (François) Mitterrand et je pense que depuis ça n'a jamais véritablement cessé" a estimé Marine Le Pen.

Pour elle, il y a "des violations du secret de l'enquête et de l'instruction quotidiennes, sans que jamais le ministère ne réagisse."

"C'est grave. L'Etat de droit fonctionne si existe ce secret de l'instruction, et ceux qui commettent ces violations bénéficient d'une impunité totale, il n'y a pas loin à dire qu'ils pourraient bénéficier de fait d'une forme de protection politique", a accusé l'eurodéputée, mise en cause dans plusieurs affaires judiciaires et qui a refusé de se rendre à une convocation des juges en vue d'une mise en examen.

En déplacement samedi dans les Pyrénées-Atlantiques, M. Fillon a réaffirmé, devant quelques journalistes, que des "soupçons lourds" pesaient sur le président François Hollande sur les fuites dans la presse sur ses affaires judiciaires.

"Quand j'apprends que le président de la République se fait remonter les résultats des écoutes judiciaires, ça veut dire qu'il peut potentiellement écouter un candidat à la présidentielle, qu'on est dans une situation où il est probable que je sois sur écoute", a-t-il encore accusé en aparté.

Lundi, lors du premier débat à cinq candidats pour la présidentielle, Marine Le Pen avait déjà estimé que la justice était "rapide" concernant le candidat des "Républicains". "C'est ce qu'on appelle la justice TGV" avait approuvé M. Fillon.

Repost 0
Published by Ricky
commenter cet article
27 mars 2017 1 27 /03 /mars /2017 17:46

Les #5 infos de la présidentielle aujourd'hui

 
Dray dément l'existence d'un "cabinet noir", Macron gaffe sur la Guyane, les enseignants se détournent du PS...

Grands discours, petites phrases, propositions chocs ou anecdotes… Chaque jour, jusqu'au 7 mai 2017, date du second tour de l'élection présidentielle, franceinfo résume ce qu'il ne faut pas rater de l'actualité de la campagne. Voici l'essentiel à retenir de ce lundi 27 mars.

 

#1 Julien Dray : "S'il y avait eu un cabinet noir, François Hollande aurait été candidat"

"Il ne s'occupe pas de ces choses-là." Invité de BFMTV et RMC, Julien Dray, l'un des très proches de François Hollande, a démenti l'existence d'un cabinet noir à l'Elysée, après les accusations portées par François Fillon. "S'il y avait eu un cabinet noir, François Hollande aurait été candidat. Si un cabinet noir avait su la tournure qu'allait prendre la campagne, on aurait été candidat. Enfin, il aurait été candidat", a assuré le socialiste. Il a également rappelé que le candidat de la droite et du centre avait "demandé au secrétaire général de l'Elysée", Jean-Pierre Jouyet, d'accélérer les enquêtes concernant Nicolas Sarkozy.

 

#2 Christine Angot revient sur son face-à-face avec François Fillon

C'est une séquence qui restera dans les annales de la télévision. La romancière Christine Angot est revenue dans les colonnes de Libération sur son face-à-face très tendu avec François Fillon lors de "L'Emission politique", jeudi 23 mars. "Moi, agressive ? Ce qui était violent était la situation que je décrivais ! Pas moi", s'est défendue l'auteure. "Dans ce que j'ai dit, je n'ai rien inventé. C'est ce que les gens ressentent, je le sais", a-t-elle ajouté, n'évoquant qu'un seul regret : "Quand il a dit : 'Je constate que vous n’avez pas rendu le bracelet'. J’aurais dû répondre : 'Oui, mais je n’ai pas rendu le service qu’on attendait de moi en échange.'" La romancière avait appuyé son argumentaire à propos des costumes du candidat sur un bracelet offert par "quelqu'un qui voulait la corrompre", en le montrant ostensiblement à l'antenne.

#3 La bourde d'Emmanuel Macron sur la Guyane

Lapsus ou grosse lacune en géographie ? En visite à Saint-Denis de La Réunion, dimanche 26 mars, Emmanuel Macron a donné son point de vue sur la crise qui paralyse la Guyane depuis quelques jours. Sauf que le candidat d'En marche ! a qualifié d'"île" la région d'outre-mer, située en Amérique du Sud. "La situation en Guyane, depuis plusieurs jours, est grave. Mon premier mot est celui d'un appel au calme parce que bloquer les pistes d'aéroport, bloquer les décollages, parfois bloquer le fonctionnement de l'île, ne peut être une réponse apportée à la situation", a déclaré l'ex-ministre de l'Economie.

 

#4 Selfie avec un député russe homophobe et antisémite : Marine Le Pen assure ne pas le connaître

Invitée d'Europe 1 ce matin, Marine Le Pen a été interrogée sur son selfie avec le député russe Vitali Milonov, ouvertement homophobe et antisémite. "Je fais des milliers de selfies, comme l'intégralité des candidats à la présidentielle. Vous ne croyez pas que c'est un peu malhonnête de me reprocher cela ? Je ne savais pas qui était ce député. Je ne le connais pas, je n'ai pas de relations avec lui. J'ai été invitée à une commission des affaires étrangères en Russie. Dans cette commission, il y a tout le spectre politique russe. Je ne savais pas qui il était", s'est justifiée la candidate du FN.

#5 De l'eau dans le gaz entre le PS et les enseignants

Ils avaient voté à 44% pour François Hollande au premier tour de l'élection présidentielle de 2012. Cinq ans plus tard, les enseignants sont les premiers déçus du quinquennat, selon une enquête de franceinfo. Beaucoup iront voter pour Emmanuel Macron, d'après un sondage du Cevipof, le Centre de recherches politiques de Sciences Po. Le candidat d'En marche ! est en tête des intentions de vote des enseignants, à 33%, contre 25% seulement pour Benoît Hamon et 15% pour Jean-Luc Mélenchon et François Fillon. Marine Le Pen, elle, double son score : de 4,5% en 2012 à 9% cette année.

Repost 0
Published by Ricky
commenter cet article
27 mars 2017 1 27 /03 /mars /2017 08:20

Fillon attaque l'exécutif pour remobiliser son camp

 Le livre "Bienvenue Place Beauvau" écrit par trois journalistes, le 24 mars 2017 à Paris
 

Le livre "Bienvenue Place Beauvau" écrit par trois journalistes, le 24 mars 2017 à Paris

Présidentielle: largement distancé dans les sondages à 4 semaines du premier tour, Fillon veut mobiliser en étant offensif contre l'exécutif

Largement distancé dans les sondages à quatre semaines du premier tour de la présidentielle, le candidat de la droite François Fillon veut mobiliser son camp en adoptant une stratégie offensive contre l'exécutif, qu'il accuse de comploter contre lui.

Après avoir dénoncé jeudi soir l'existence d'un "cabinet noir" de l'Élysée, qui ferait fuiter dans la presse les affaires judiciaires engluant sa campagne depuis deux mois, l'ancien Premier ministre a jugé "probable" samedi d'avoir été placé sur écoutes par l'exécutif, des accusations pas forcément du goût de tous à droite.

"Plus on m'attaque, plus je suis en forme", a lancé, bravache, le candidat des Républicains (LR) ce week-end lors de la visite d'une exploitation agricole au Pays Basque où, en plus du traditionnel concert de casseroles d'opposants, il a aussi été accueilli avec des jets d'oeufs et de tomates.

"Je les encourage à continuer", a même ajouté François Fillon lors de la table ronde avec les exploitants. L'ancien Premier ministre est persuadé que les Français, particulièrement le coeur de son électorat, sont "en colère" face à cet "acharnement" qui confine, à ses yeux, à la "confiscation démocratique".

En grande difficulté, François Fillon ne retient plus ses coups. En dénonçant sur France 2 un "cabinet noir" exploitant, depuis l'Élysée, les affaires judiciaires contre lui, le candidat a déjà fait sortir François Hollande de sa réserve, le chef de l'État le jugeant "en-deçà" de la "dignité" et de la "responsabilité" qui siéent à une campagne présidentielle.

M. Fillon dit s'appuyer sur un livre ("Bienvenue Place Beauvau", Robert Laffont) écrit par trois journalistes, dont deux du Canard enchaîné. "Il hurle contre le Canard sur ses affaires et là, il s'appuie sur un livre de deux journalistes... du Canard, qui n'apporte aucune preuve. Cherchez l'erreur", glisse un député LR.

Mais l'ancien Premier ministre promet de continuer. "Nous sommes en train d'identifier toutes les infractions qui sont mentionnées dans le livre et, dans les jours qui viennent, nous rendrons publique la liste de ces infractions et on demandera qu'une enquête soit ouverte", a-t-il confié en petit comité. 

- Une stratégie loin de faire l'unanimité -

L'ancien Premier ministre a même évoqué l'hypothèse d'avoir été placé sur écoutes par l'exécutif. "C'est une probabilité extrêmement forte", soutient le député LR Éric Ciotti, tout en admettant n'avoir "personnellement" "pas d'éléments" pour étayer cette accusation grave. 

François Hollande, grand manoeuvrier des affaires contre Fillon ? "Je n'irai pas jusque là", rectifie prudemment François Baroin (LR).

L'angle d'attaque ne fait effectivement pas l'unanimité dans les rangs de la droite. "C'est amusant de voir la droite parler de cabinet noir quand on connaît les pratiques sous Sarkozy",  glisse un député LR. 

"Ce côté complotiste, ces attaques contre Hollande, ça va plaire à une partie de l'électorat de droite mais ce ne sont pas eux qu'il faut convaincre. Ceux-là voteraient Fillon même s'il était accusé de meurtre", abonde un ancien ministre de François Fillon.

Les adversaires sont encore plus sévères. "Je ne crois pas du tout qu'il y ait une manoeuvre orchestrée. Je pense simplement que François Fillon s'est mis dans une situation impossible, intenable, dont il aurait dû tirer les conclusions depuis longtemps", a estimé dimanche François Bayrou, qui a rallié Emmanuel Macron, en déplorant que son ancien ami s'enferme dans "la théorie du complot".

La présidente (LR) de la région Ile-de-France Valérie Pécresse a, elle, fait savoir qu'elle déposerait plainte, se disant "victime d'une tentative de déstabilisation politique" de la part de l'exécutif et de son ancien adversaire PS Claude Bartolone, après la fuite dans la presse de l'arrestation de son fils en possession de cannabis, épisode narré dans le livre.

Rien à voir, cependant, avec les affaires entourant François Fillon et son épouse Penelope. Celle-ci est attendue cette semaine chez les juges d'instruction, en vue d'une éventuelle mise en examen dans l'affaire des emplois présumé fictifs de collaborateurs parlementaires.

 
Repost 0
Published by Ricky
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Zuwala Richard
  • Le blog de Zuwala Richard
  • : Prévention et santé.Insertion de personnes en détresse sociale. Intervenant sur les problèmes d'addictologie.(alcool, drogue) Photographe amateur. Membre du bureau départemental et national fédération UDI de la Somme Vice Président de la Croix Rouge locale de Ham (80)
  • Contact

Recherche

Liens